Whatsapp, what else ?

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Depuis quelques jours, sans doute à la grande surprise de pas mal de gens, les "moutons" se sont réveillés.

Whatsapp ayant annoncé qu'il partagera désormais toutes vos données personnelles de manière automatisée avec Facebook  pas mal de gens se sont agités et ont ouvert des comptes Telegram, Signal ou autres.

Nul ne sait si l'autiste Zuckerberg (ça nous plait de l'appeler comme ça) qui décide avec d'autres VIP de qui a le droit de parler ou pas dans le monde moderne (cf censure de Trump) sera "sensible" aux mouvements populaires ou s'il continuera de se prendre pour une puissance divine mais dans tous les cas, c'est la première fois que les gueux s'agitent autant.

Pourtant, grâce au RGPD (qui on le répète n'est que rarement appliqué et vérifié par la CNIl, voir cet exemple hallucinant avec Intratone et ses interphones), il se peut que le partage des données par Whatsapp et Facebook ne soit pas aussi "radical" en Europe. Ceci dit, à terme, comme les messageries des différents services du groupe fusionneront, le résultat sera le même.

Pour comprendre exactement la partie de VOS données qui est susceptible d'être partagée par le grand méchant Facebook, lire cet excellent article: https://www.frandroid.com/android/applications/826656_whatsapp-detaille-ce-quil-partage-ou-pas-avec-facebook

En amont, le vrai problème est la main mise et le monopole des Gafam sur la communication entre les gens.

On ne peut que s'étonner que les Etats et les organisations "démocratiques" supra nationales comme l'UE ou l'ONU ne mettent pas en place des "codes" de conduite.

Ce qui se passe avec Whatsapp ou avec Twitter et autres (bannissement de Trump) est de même facture que lorsque les voitures sont apparues.

Quand l'usage a été généralisé, des règles ont été édictées et ces règles n'ont pas été mises en place par les conducteurs de voitures.

A partir du moment où des systèmes comme twitter, whatsapp ou autres sont généralisés en usage, il convient quasiment de les nationaliser ou au minimum de les obliger à suivre un code qu'ils n'ont pas eux-mêmes, en l'absence de tout processus démocratique, à définir.

Ou alors, il faut changer la définition de "démocratie".

Commentaires sur: Whatsapp, what else ?

Poster un commentaire sur: Whatsapp, what else ?







« Symfony abuse sur les prix d'hébergement | Accueil | Signal ou Telegram sur les anciens Blackberry: c'est possible »



Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous