Instagram ou la valorisation de la suprématie du technique sur le pipeau marketing

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


L'achat par Facebook d'Instagram déclenche beaucoup de commentaires sur la valorisation énorme d'une petite société qui ne fait pas de bénéfices.

Est-on à nouveau dans une bulle ? (qu'aurait ratée Loic Le Meur, un des rois de la bulle à la française qui vient d'être obligé de licencier la moitié de ses effectifs malgré plusieurs levées de fonds dont il écrivait dans un magazine qui lui permet d'être journaliste -un de ses rêves- que même sans client l'entreprise pouvait vivre plusieurs années ;-)  -étrange cette pensée qui pourrait être d'ultra gauche chez un sarkozyste de la même veine que Morano ou Lefebvre ;-)).

Les investisseurs sont ils idiots ou ne savent-ils pas où mettre l'argent ?

Y a-t-il des dessous inconnus ou du blanchiment d'argent de toute l'économie noire qui serait obligée de sortie à l'air libre tellement des gens sans peur comme notre glorieux président font la chasse aux paradis fiscaux qui n'existent plus officiellement depuis qu'il l'a dit à la télé en 2008 ?

Peu importe finalement car dans toutes les sociétés, jeunes ou vieilles, avec ou sans bénéfice, grosses ou petites qui arrivent à quelque chose de concret, de formidable, d'extraordinaire et de mondial on retrouve, dans l'immense majorité des cas, des fondateurs qui sont des ingénieurs, des scientifiques de formation.

Sergei Brin, Larry Page, Bill Gates et maintenant Kevin Systrom et Mike Krieger sont des gens ayant une formation scientifique et des passionnés du produit ou service qu'ils ont "inventé".

Pas de copie d'autres systèmes existant ailleurs, pas de volonté initiale et première de s'enrichir, pas d'envie et de business plan pour revendre ou faire la culbute (la lecture du livre In the Plex de Stephen Levy est édifiante à ce titre .; entre autres).

Pas de gros moyens pour le marketing et la pub (mias l'essentiel pour la technologie).

Comme en sport, le meilleur à la fin est le vrai athlète passionné par le sport et pas celui qui consacre de l'énergie à son costume ou à la qualité de la piste ou du stade.

Le meilleur à la fin est aussi celui qui sait courir AVANT de savoir partir ou tendre les bras pour la photo finale.

Que peu au final un esprit formé au "management", à la "direction", aux plans globaux, stratégiques et stratosphériques, aux généralités mais jamais aux détails et à la glorieuse besogne de l'ouvrier et du maçon contre un esprit cadré par le 1+1=2 et par les problèmes de maths, de physique et autres disciplines scientifiques où il faut trouve la solution en étant autre chose que spectateur des dernières modes de marketing, benchmarking, checking ?

D'ailleurs même si votre but est de lever de l'argent pour profiter de la bêtise d'investisseurs rêveurs, jouez la carte du geek passionné et concentré. Vous autre toujours un gars en costume qui pensera amener avec son argent le "nécessaire" complément en marketing et communication ;-)) On peut appeler ça le cadrage débordement de l'investissement financier dans les start-ups ;-)

Pour en revenir au fond des choses, comment cela se fait-il que dans un des pays où la formation scientifique est la meilleure et du plus haut niveau, la France, nous n'ayons pas + de sociétés qui percent dans l' Internet ?

Tout simplement parce qu'à de rares exceptions près, l'Internet "français" est "tenu" par des aventuriers du pognon d'obédience marketing et communication.

Regardez la composition du Conseil National du Numérique.

Regardez qui sont les patrons des grandes sociétés françaises du net, avec l'exemple typique de Stéphane Richard de France Telecom.

Regardez qui a fondé les start-ups Internet dont on se fait une gloire dans le village français alors qu'elles ne vivent qu'en copiant des modèles extérieurs,  sans jamais arriver à dépasser les frontières , souvent sans vraie rentabilité et juste parce que les investisseurs ne veulent pas perdre ou passer pour des c.. (exemple typique de celle-ci).

Est-ce un hasard si Xavier Niel, quasiment autodidacte mais passionné par la technique, a réussi plus que les autres dans ce monde d'HEC, de diplômés d'écoles de commerce ou de management ou même de l' ENA ?

D'où vient le problème ?

Les diplômés d'écoles d'ingénieur de haut niveau sont happés par les organismes qui ont les produits techniques et intellectuels les plus développés (et qui logiquement savent le mieux se défendre contre les lois qui les menacent) à l'image des salles de marchés.

Et puis surtout, les structures de l'éducation nationale qui devraient apprendre à nos ingénieurs à créer des sociétés sont dirigées par qui ?

Par des créateurs ou des passionnés de produits, d'innovation et d'imagination ?

Non, ce sont uniquement des fonctionnaires du système, des consultants, des intrigants, des pantouflards de salaires confortables.

Qu'enseignent les formations post ingénieur de type Mastère Entrepreneur ou MBA ?

A lever des fonds, à faire de la comm, à faire du marketing, à convaincre après le déjeune des gens en costumes qui ne savent même pas faire fonctionner la moitié de leur ordinateur ou téléphone à "investir" de l'argent pour tout ça ..

Comment d'ailleurs ces formations hors de prix pourraient apprendre à se concentrer sur la technique, sur l'innovation ?

Ce ne sont d'ailleurs pas leurs buts si on y réfléchit car à qui ce crime "éducationnel" profite ?

A qui vont par exemple et à quoi servent les 19500 euros que coûte le plus cher des Mastères en français d' HEC, le Mastère HEC Entrepreneurs qui tire sa réputation du travail de son fondateur ( Robert Papin un vrai passionné - lire son livre La création d'entreprise où il parle d'ailleurs du focus de la passion, entre tous les autres chapitres qui indiquent sans chichi ce qu'il sufit de connaître pour "monter sa boîte") et qui se contente maintenant de tirer de l'argent de jeunes étudiants dont dans le meilleur des cas la fibre créatrice s'oriente vers le power point ou la levée de fonds plutôt que la levée de fonds de culotte avec l' acies mentis si cher à un des plus grands et vrais pédagogues français, Jean Guitton.

SI l'exemple d'Instagram et de Google doit servir à quelque chose, cachons les aspects financiers et regardons à quoi consacraient leurs esprits et leurs forces ceux qui ont créé ces sociétés.

Que les vendeurs de soupes nous nourissent et redressent Carrefour ;-)

Ingénieurs ! Lisez In the Plex et le livre de Robert Papin et lancez-vous !

 

Commentaires sur: Instagram ou la valorisation de la suprématie du technique sur le pipeau marketing

nice post,thanks . merci

Rédigé par : burberry handbag | 21 avr 2012 10:54:34

;-)
Peut-être aussi que les chefs d'entreprises qui discutent en sont pas les + "performants" et aussi que l' "esprit" français a tendance toujours à parler des problèmes.
Peut-être aussi que les chefs d'entreprise en France (surtout ceux qui parlent) ont tendance à s'occuper de tout donc à se soucier de tout plutôt que de déléguer certaines tâches comme la paperasse ..
La productivité française est une des meilleures du monde; les gens changent moins de boulot qu'ailleurs (+ de fidélité) et que l'on sache, les économies américaines, canadiennes, anglaises ou italiennes ne sont pas des modèles sauf opur ceux qui ont des oeillères vers ce quoi tendent les medias orientés non ?
C'est un peu la même histoire que l'école où l'on force par exemple les enfants à apprendre l'anglais avec comme argument qu'il faut connaître une langue étrangère .. alors que les américains n'apprennent eux rien du tout et qu'il est complètement idiot de parler une autre langue quand on ne connaît pas la sienne

Rédigé par : Tubby@Fab | 18 avr 2012 11:55:56

Je faisais tout simplement allusion aux difficultés propres aux chefs d'entreprise français.. en discutant avec eux on remarque qu'ils ont des préoccupations que les américains, canadiens, anglais ou italien n'ont pas : impossibilité de licencier un salarié qui ne fait pas l'affaire, beaucoup de charges - salariales notamment. et en résulte des difficultés pour prendre des risques.. mais ce n'est pas forcément un mal pour notre société, mais c'est assez peu propices pour l'émergence de start-ups innovantes.

Rédigé par : Fab | 17 avr 2012 16:07:31

"Peut-être aussi car la France est un des pays les plus chers pour une entreprise. Que la marge de manœuvre est limitée et compliquée"--> De quoi parlez-vous exactement ? Qu'est-ce que ça veut dire "pays les plus chers pour une entreprise" ? Dans quel domaine ?
marge de manoeuvre limitée ? où ? quand ? comment ?
"Que nos talents et nos génies le savent et préfèrent un poste de haut fonctionnaire, un poste tranquille dans une grosse entreprise, ou alors monter sa structure a l 'étranger."
Les grosses entreprises ne sont pas mauvaises ou nulles. Souvent et notamment parce que leur structure correspond au mode d'enseignement en France, les grosses entreprises françaises ont de bons résultats et permettent aux gens de s'y épanouir quand ils ont ce que vous appelez un "génie".
"Monter sa structure à l'étranger": avez vous des chiffres qui prouvent que c'est autre chose qu'anecdotique ? les français sont parmi les - représentés dans le monde car on est bien en France par rapport au reste du monde ..

Rédigé par : Tubby@Fab | 17 avr 2012 15:22:03

"Pour en revenir au fond des choses, comment cela se fait-il que dans un des pays où la formation scientifique est la meilleure et du plus haut niveau, la France, nous n'ayons pas + de sociétés qui percent dans l' Internet ?"

Peut-être aussi car la France est un des pays les plus chers pour une entreprise. Que la marge de manœuvre est limitée et compliquée. Que nos talents et nos génies le savent et préfèrent un poste de haut fonctionnaire, un poste tranquille dans une grosse entreprise, ou alors monter sa structure a l 'étranger...

Rédigé par : Fab | 12 avr 2012 20:45:44

Poster un commentaire sur: Instagram ou la valorisation de la suprématie du technique sur le pipeau marketing







« Tromper Google grâce aux réseaux sociaux ( Test SEO): ouais bof | Accueil | Trouver des images sur le web autrement que par Google »



Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous