SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous
octobre 2011

Traduire les langues des plugins WordPress en ligne DANS l’ interface WordPress

Avec WordPress, il arrive parfois qu’on ne se limite pas au simple web francophone ou qu’on veuille utiliser un bon plugin “étranger”.

On tombe alors dans les difficultés de .po  et .mo avec la traduction des termes du plugin dans la langue cible qu’on cherche à avoir.

Hz bien pour ça, il existe aussi un .. plugin .. qui permet de traduire “en ligne”, c’est-à-dire DANS l’interface WordPress, les termes du plugin qu’on veut avoir dans une autre langue.

ce plugin magique c’est CodeStyling Localization. (à télécharger sur  http://wordpress.org/extend/plugins/codestyling-localization/ )

Explications de ce plugin WordPress de traduction avec un besoin de traduction assez courant: celui du fameux plugin d’ e-commerce de WordPress, eshop (voir aussi E-commerce en solde avec wordpress et eshop).

Lire la suite "Traduire les langues des plugins WordPress en ligne DANS l’ interface WordPress"

Medias sociaux et consommateurs: aucune influence

Médias sociaux, médias sociaux, Facebook, twitter, etc… On n’entend plus que ça.

Quelques personnes répètent même qu’il FAUT être sur facebook et autres, quand on est une marque, ne serait-ce que pour “écouter” ce que disent les “consommateurs”.

Honte à celui ou celle qui dit “les chiens aboient et la caravane passe”.

Dédain pour ceux qui prétendent que la meilleure chose à faire sur les médias sociaux, quand on est une marque, est de ne rien faire ;-)) (ne serait-ce que pour économiser de l’argent: Le Canard enchaîné : la meilleure e-stratégie et la plus rentable des médias français).

Lire la suite "Medias sociaux et consommateurs: aucune influence"

Les chiffres de l’ Internet en France

Les chiffres de l’ Internet en France (d’ après franceinfo.fr).

Comme d’habitude avec les chiffres publiés par les medias en France, l’étude est pernicieuse.

44% des français ont retrouvé des amis ou 44% des français connectés ?

et surtout, sur les chiffres concernant les tablettes par exemple: quel % de gens utilisent ça QUASI UNIQUEMENT POUR REGARDER LA TV OU DES VIDEOS OU POUR JOUER ?? Ce qui n’est pas un usage “internet” à proprement parler mais un usage “jeux” ou “tv” dans les statistiques “classiques” ..

De même, on continue de mettre dans le gros sac” internet” des usages complètement différents, à savoir l’usage “je regarde” et l’usage “je fais”.

La déception risque d’être grande chez les marchands du temps quand ils vont s’apercevoir que sous la bannière “internet”, on a rangé des gens qui simplement regardent la télé ou jouent à la play station ou à la DS, simplement avec le même appareil parce que c’est pratique…

Les chiffres de l’ Internet en France

Lire la suite "Les chiffres de l’ Internet en France"

SEO ou Spam ?

La frontière entre ultra SEO et spam est parfois mince, surtout depuis que Google Panda fait peur à tout le monde et que les nazes en référencement naturel en profitent pour la ramener.

Matt Cuts a donc fait une vidéo pour maintenir la frontière.

Lire la suite "SEO ou Spam ?"

Comment les journaux font leurs UNEs

Comment les medias décident de leur UNE ? Le schéma qui suit est à peine exagéré quand on remarque la périodicité de certains sujets et la manière dont ils sont traités.

De plus et à l’exception de quelques magazines qui essaient de faire encore quelque chose ayant une valeur ajoutée, quand on commence un article, on en connait déjà le milieu et la fin.

Lire la suite "Comment les journaux font leurs UNEs"

octobre 25, 2011 dans Actualités | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

Développer une version mobile d'un site .. ou pas ?

Faut-il développer la version mobile d'un site web ? ou pas ?

La mode de l' iPhone, iPad, iMac et toutes les autres dimensions du même truc, bien déclinées en marketing semblent avoir ouvert un eldorado du développement: l'adaptation au mobile.

Tout ça bien sûr renforcé par les gourous auto-proclamés qui nous expliquent qu'on fera tout avec un téléphone, devenu un écran multifonctions et surtout une source de prospérité pour tous les opticiens.

Lire la suite "Développer une version mobile d'un site .. ou pas ?"

octobre 25, 2011 dans Web/Tech | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

Où trouver le cache de Google ?

Les fameuses pages cachées de Google ou Google Cache, qui permettent de voir la version d’avant des pages (chose bien utile de temps en temps comme dans les exemples de Nettoyage du web: l' hôtel Muse de St-Tropez plus fort que Martine Aubry, Zahia Dehar, Servier ou Pierre Bellanger) ont changé de place.

Plus de “en cache” sous les résultats..

Le “en cache” de Google est désormais accessible une fois qu’on a “preview” le résultat, à côté du lien qui s’affiche dans la “preview”

 

En Cache de Google

Extraits de conversations en ligne de site marchand

Certains sites marchands ont un système de chat qui permet aux clients de poser des questions quand ils ont un problème pour acheter, comprendre le site ou autre.

L ‘examen de ces conversations est édifiant notamment en ce qui concerne le niveau auquel un site de e-commerce doit se mettre si il veut coller à ses clients.

Les internautes actuels ne sont pas la population d’internautes d’ il y a 10 ans qui était en majorité composée de gens “instruits”. cette population ne s’est pas par miracle multipliée par 3 ou 4. D’autres types de personnes vont maintenant sur le net.

Les internautes actuels ne sont pas la population  des gens qui ont des sites web et souvent l’ erreur des tauliers de sites web est de penser que les internautes réagissent comme eux et voient les choses comme eux. Très souvent, la majorité des internautes voit les choses beaucoup plus simplement, ne tortille pas du c.. pour ch.. droit et n’a que faire des sophistications que vendent des ‘agences” web ou “spécialistes” qui ne parlent qu’à des gens comme eux.

Lisez cet extrait de “chat”, d’un site qui vend des collants et vous comprendrez:

CONVERSATIONS du web

Copier Coller des medias classiques sur le web, ceux qui traquent la copie de leurs superbes articles

Dans la série, “faites ce que je dis et pas ce que je fais”, les medias classiques français sont au top.

Ceux là même qui traquent blogs et sites amateurs en ce qui concernent la “reprise” de leurs articles (mettez + de 3 lignes du Figaro sans un lien vers lui par exemple et vous verrez leurs foudres avocatesques se déchainer telle une vedette de cinéma aux yeux globuleux cherchant à récupérer en France de l’argent pour une photo de son petit publiée x fois sur le web ricain –toute allusion à une actrice française ayant fumé un peu trop de h  et ayant accouché il y a moins de 10 ans serait fortuite ;-)) sont pourtant les rois du copier/coller.

Exemple typique ce matin avec l’article du Figaro intitulé “Rumeurs sur Aubry : pas de diffamation“ http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/10/17/97001-20111017FILWWW00525-rumeurs-sur-aubry-pas-de-diffamation.php

Un petit tour sur http://www.copyscape.com et voici ce qu’on trouve:

Lire la suite "Copier Coller des medias classiques sur le web, ceux qui traquent la copie de leurs superbes articles"

Skype, iPhone, iPad, Symbian, Android

4 petits liens pour installer Skype sur iPhone, iPad, Symbian et Android; c’est ultra facile.

Lire la suite "Skype, iPhone, iPad, Symbian, Android"

octobre 12, 2011 dans Web/Tech | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack (0)

Photos du Google Store Chromezone

 

Photos du Google Store Chromezone

(Voir aussi Bureaux de Google à Zurich) voir aussi (via http://www.cartoonbarry.com/ )

Lire la suite "Photos du Google Store Chromezone"

Arianna Huffington et Le Monde: Travaillez plus pour que je gagne plus

Arianna Huffington en France Arianna Huffington est donc arrivée en France, patrie des “contre” pour récupérer le Post avec l’aide de quelques financiers et important du Monde (sans que trop de monde d’ailleurs se demande quel est l’intérêt de ces financiers… mais trouverait-on en regardant seulement dans l’ hexagone ???).

Arianna Huffington va donc récupérer toute l’audience du Post et surtout l’ énergie gratuite des “publishers” à son profit sans aucune retombée financière.

Payer les gens avec leur ego est un bon calcul mais en période de crise et en France est-ce que cela fonctionne ?

Parfois ce gros truc a marché mais les entre eux preneurs du système faisaient attention à déguiser tout ça sous le terme d’association ou de fondation.

Est-ce que les “publishers” français du Post accepteront de travailler gratuitement pour Arianna Huffington ?

 

Lire la suite "Arianna Huffington et Le Monde: Travaillez plus pour que je gagne plus"

Partage d' infos sur le web

Mashable publie un bon truc d’ Add This sur la manière dont l’info se partage sur le web.

Bien entendu et comme d’ habitude les données sur lesquelles se base se schéma ne sont pas “françaises” mais on peut en tirer quelques enseignements quand même.

Lire la suite "Partage d' infos sur le web"

Comment supprimer un compte Facebook ?

Bir Brother Facebook Supprimer un compte Facebook, se désinscrire de Facebook sont 2 choses très difficiles (comme d’ ailleurs se désabonner de Meetic, un clone de Facebook en ce qui concerne la privation de liberté des humains ;-)) --> Meetic, données personnelles, droit de rétractation: aussi bizarre que Facebook ) et pourtant très utiles puisque plus que jamais, Facebook essaie d’avaler les internautes (y compris via des webmasters trops fainéants ou trop c.. qui l’ utilisent comme système de contrôle de commentaires ) sans les avertir et sans leur donner des moyens simples de ne pas être connecté en permanence, de ne pas refiler toutes les infos à des tiers et de ne pas filtrer tout ce qui se publie sur eux sur le web.

http://www.infos-du-net.com publie un excellent didacticiel sur Comment supprimer un compte Facebook ?

Lire la suite "Comment supprimer un compte Facebook ?"

Le blog est un organe de presse ; merci Serge Grouard

Après la loi Hadopi qui a tant aidé le téléchargement direct et le streaming, voici une autre loi initiée par un député UMP, Serge Grouard, qui semble avoir l’ effet inverse de ce qui était voulu au départ ;-)  (Y aurait-il un chat noir chez Sarkozy depuis 2007 ?).

Selon une décision de la Cour de Cassation (Première Chambre civile, 6 octobre 2011, n° 10-18.142), le blog est un organe de presse. Lire les détails et quelques conséquences sur  http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2011/10/08/un-blog-est-un-organe-de-presse.html

octobre 10, 2011 dans Actualités | Permalink | Commentaires (1) | TrackBack (0)

Eviter les autolinks avec Wordpress

Parmi les plugins les + utiles sur Wordpress (cf  Wordpress : quels plugins ?  et Les bons plugins pour Wordpress ), Simple Tags ou Categories Autolinks permettent de linker automatiquement les tags ou catégories présentes dans le texte.

Ces 2 plugins peuvent bien sûr être paramétrés pour éviter qu’une page Wordpress ne soit truffée de liens, chose dangereuse quand le Panda rode

Lire la suite "Eviter les autolinks avec Wordpress"

Racket de commentaires par Facebook et Twitter

racket facebook De plus en plus de sites n’acceptent les commentaires sur les articles QUE pour les utilisateurs qui sont connectés par Facebook ou Twitter (manière indirecte de s’identifier pour commenter).

Outre le fait que ce système transmet, en ce qui concerne facebook, un tas d’informations et d’ autorisations, souvent à l’ insu de l’ internaute et que celui-ci se retrouve connecté à son “facebook” sans même le savoir, simplement parce qu’il veut commenter quelque chose, cette façon de faire implique donc qu’il est impossible de commenter sans déclarer sa facebookerie ou sa twitteritude ..

Commenter devient dont encore moins libre que publier puisque le cadre est imposé.

Si un site veut identifier ses “commentateurs”, ne peut-il donc pas obliger à une identification “classique” ?

Quel est son intérêt d’aller apporter du contenu et des informations gratuites (ce qu’il fait en réalité) à Facebook qui ne le paie en retour d’aucune façon ?

Comment Facebook et Twitter réussissent-ils ce racket parfait et sans douleur (du moins immédiate) dans un environnement francophone où normalement les gens sont méfiants et attachés à ne rien donner gratuitement ?

Est-ce seulement de la fainéantise de la part des “développeurs” et “webmasters” ou la certitude d’être “à la mode” et de répondre à une envie ou une espérance de retombées d’audience ?

Stage ou temps partiel rédacteur web wordpress seo

Si vous cherchez un stage rédacteur web wordpress seo, asap, d'une durée de + de 3 mois, contactez-nous !

Possible aussi temps partiel, cdd, cdi, freelance.

Envoyez votre cv et dans le corps du mail ce que vous savez faire techniquement ou fonctionnellement en html et/ou wordpress et/ou movable type et/ou typepad et/ou google (pas forcément besoin de savoir faire un tas de trucs, on forme mais il vaut mieux qu'on sache à partir de quel niveau former ;-)) et on préfère les malins sympas qui ne savent rien mais ont envie d' apprendre aux apprentis gourous qui savent tout mais ne font rien ;-))

contact arobase tubbydev point net

octobre 7, 2011 dans Weblogs | Permalink | Commentaires (0) | TrackBack (0)

Texte du discours de Steve Jobs à Stanford -et vidéo sous titrée

Un des trucs qui restera à propos de Steve Jobs est son fameux discours aux étudiants de Stanford, discours où il parla de son cancer et où il donna quelques conseils de "vie".

Vous trouverez la vidéo du discours de Steve Jobs à Stanford à la fin de cette note mais auparavant voici le texte en français (récupéré ici).

Tout le monde va ces jours-ci trouver ça génial et en faire des tonnes sur le mode " n'ayez pas peur" que tout grand homme a plus ou moins sorti à une période de sa vie..

En pleine crise et dans un autre pays que les USA où quelque part on est obligé de se lancer... doit-on aussi suivre les conseils que donnait ce jour là Steve Jobs ?

Les "leçons" de Candide ne sont-elles pas un peu l'inverse des leçons de Steve Jobs ?.

Texte du discours de Steve Jobs à Stanford

« C’est un honneur de me trouver parmi vous aujourd’hui et d’assister à une remise de diplômes dans une des universités les plus prestigieuses du monde. Je n’ai jamais terminé mes études supérieures. A dire vrai, je n’ai même jamais été témoin d’une remise de diplômes dans une université. Je veux vous faire partager aujourd’hui trois expériences qui ont marqué ma carrière. C’est tout. Rien d’extraordinaire. Juste trois expériences.
« Pourquoi j’ai eu raison de laisser tomber l’université »

 

La première concerne les incidences imprévues. J’ai abandonné mes études au Reed College au bout de six mois, mais j’y suis resté auditeur libre pendant dix-huit mois avant de laisser tomber définitivement. Pourquoi n’ai-je pas poursuivi ?
Tout a commencé avant ma naissance. Ma mère biologique était une jeune étudiante célibataire, et elle avait choisi de me confier à des parents adoptifs. Elle tenait à me voir entrer dans une famille de diplômés universitaires, et tout avait été prévu pour que je sois adopté dès ma naissance par un avocat et son épouse. Sauf que, lorsque je fis mon apparition, ils décidèrent au dernier moment qu’ils préféraient avoir une fille. Mes parents, qui étaient sur une liste d’attente, reçurent un coup de téléphone au milieu de la nuit : « Nous avons un petit garçon qui n’était pas prévu. Le voulez-vous ? » Ils répondirent : « Bien sûr. » Ma mère biologique découvrit alors que ma mère adoptive n’avait jamais eu le moindre diplôme universitaire, et que mon père n’avait jamais terminé ses études secondaires. Elle refusa de signer les documents définitifs d’adoption et ne s’y résolut que quelques mois plus tard, quand mes parents lui promirent que j’irais à l’université.
Dix-sept ans plus tard, j’entrais donc à l’université. Mais j’avais naïvement choisi un établissement presque aussi cher que Stanford, et toutes les économies de mes parents servirent à payer mes frais de scolarité. Au bout de six mois, je n’en voyais toujours pas la justification. Je n’avais aucune idée de ce que je voulais faire dans la vie et je n’imaginais pas comment l’université pouvait m’aider à trouver ma voie. J’étais là en train de dépenser tout cet argent que mes parents avaient épargné leur vie durant. Je décidai donc de laisser tomber. Une décision plutôt risquée, mais rétrospectivement c’est un des meilleurs choix que j’aie jamais faits. Dès le moment où je renonçais, j’abandonnais les matières obligatoires qui m’ennuyaient pour suivre les cours qui m’intéressaient.
Tout n’était pas rose. Je n’avais pas de chambre dans un foyer, je dormais à même le sol chez des amis. Je ramassais des bouteilles de Coca-Cola pour récupérer le dépôt de 5 cents et acheter de quoi manger, et tous les dimanches soir je faisais 10 kilomètres à pied pour traverser la ville et m’offrir un bon repas au temple de Hare Krishna. Un régal. Et ce que je découvris alors, guidé par ma curiosité et mon intuition, se révéla inestimable à l’avenir. Laissez-moi vous donner un exemple : le Reed College dispensait probablement alors le meilleur enseignement de la typographie de tout le pays. Dans le campus, chaque affiche, chaque étiquette sur chaque tiroir était parfaitement calligraphiée. Parce que je n’avais pas à suivre de cours obligatoires, je décidai de m’inscrire en classe de calligraphie. C’est ainsi que j’appris tout ce qui concernait l’empattement des caractères, les espaces entre les différents groupes de lettres, les détails qui font la beauté d’une typographie. C’était un art ancré dans le passé, une subtile esthétique qui échappait à la science. J’étais fasciné.
Rien de tout cela n’était censé avoir le moindre effet pratique dans ma vie. Pourtant, dix ans plus tard, alors que nous concevions le premier Macintosh, cet acquis me revint. Et nous l’incorporâmes dans le Mac. Ce fut le premier ordinateur doté d’une typographie élégante. Si je n’avais pas suivi ces cours à l’université, le Mac ne posséderait pas une telle variété de polices de caractères ni ces espacements proportionnels. Et comme Windows s’est borné à copier le Mac, il est probable qu’aucun ordinateur personnel n’en disposerait. Si je n’avais pas laissé tomber mes études à l’université, je n’aurais jamais appris la calligraphie, et les ordinateurs personnels n’auraient peut-être pas cette richesse de caractères. Naturellement, il était impossible de prévoir ces répercussions quand j’étais à l’université. Mais elles me sont apparues évidentes dix ans plus tard.
On ne peut prévoir l’incidence qu’auront certains événements dans le futur ; c’est après coup seulement qu’apparaissent les liens. Vous pouvez seulement espérer qu’ils joueront un rôle dans votre avenir. L’essentiel est de croire en quelque chose – votre destin, votre vie, votre karma, peu importe. Cette attitude a toujours marché pour moi, et elle a régi ma vie.
« Pourquoi mon départ forcé d’Apple fut salutaire »
Ma deuxième histoire concerne la passion et l’échec. J’ai eu la chance d’aimer très tôt ce que je faisais. J’avais 20 ans lorsque Woz [Steve Wozniak, le co-fondateur d’Apple N.D.L.R.] et moi avons créé Apple dans le garage de mes parents. Nous avons ensuite travaillé dur et, dix ans plus tard, Apple était une société de plus de 4 000 employés dont le chiffre d’affaires atteignait 2 milliards de dollars. Nous venions de lancer un an plus tôt notre plus belle création, le Macintosh, et je venais d’avoir 30 ans.
C’est alors que je fus viré. Comment peut-on vous virer d’une société que vous avez créée ? C’est bien simple, Apple ayant pris de l’importance, nous avons engagé quelqu’un qui me semblait avoir les compétences nécessaires pour diriger l’entreprise à mes côtés et, pendant la première année, tout se passa bien. Puis nos visions ont divergé, et nous nous sommes brouillés. Le conseil d’administration s’est rangé de son côté. C’est ainsi qu’à 30 ans je me suis retrouvé sur le pavé. Viré avec perte et fracas. La raison d’être de ma vie n’existait plus. J’étais en miettes.
Je restais plusieurs mois sans savoir quoi faire. J’avais l’impression d’avoir trahi la génération qui m’avait précédé – d’avoir laissé tomber le témoin au moment où on me le passait. C’était un échec public, et je songeais même à fuir la Silicon Valley. Puis j’ai peu à peu compris une chose – j’aimais toujours ce que je faisais. Ce qui m’était arrivé chez Apple n’y changeait rien. J’avais été éconduit, mais j’étais toujours amoureux. J’ai alors décidé de repartir de zéro.
Je ne m’en suis pas rendu compte tout de suite, mais mon départ forcé d’Apple fut salutaire. Le poids du succès fit place à la légèreté du débutant, à une vision moins assurée des choses. Une liberté grâce à laquelle je connus l’une des périodes les plus créatives de ma vie.
Pendant les cinq années qui suivirent, j’ai créé une société appelée NeXT et une autre appelée Pixar, et je suis tombé amoureux d’une femme exceptionnelle qui est devenue mon épouse. Pixar, qui allait bientôt produire le premier film d’animation en trois dimensions, Toy Story , est aujourd’hui la première entreprise mondiale utilisant cette technique. Par un remarquable concours de circonstances, Apple a acheté NeXT, je suis retourné chez Apple, et la technologie que nous avions développée chez NeXT est aujourd’hui la clé de la renaissance d’Apple. Et Laurene et moi avons fondé une famille merveilleuse.
Tout cela ne serait pas arrivé si je n’avais pas été viré d’Apple. La potion fut horriblement amère, mais je suppose que le patient en avait besoin. Parfois, la vie vous flanque un bon coup sur la tête. Ne vous laissez pas abattre. Je suis convaincu que c’est mon amour pour ce que je faisais qui m’a permis de continuer. Il faut savoir découvrir ce que l’on aime et qui l’on aime. Le travail occupe une grande partie de l’existence, et la seule manière d’être pleinement satisfait est d’apprécier ce que l’on fait. Sinon, continuez à chercher. Ne baissez pas les bras. C’est comme en amour, vous saurez quand vous aurez trouvé. Et toute relation réussie s’améliore avec le temps. Alors, continuez à chercher jusqu’à ce que vous trouviez.
« Pourquoi la mort est la meilleure chose de la vie »
Ma troisième histoire concerne la mort. A l’âge de 17 ans, j’ai lu une citation qui disait à peu près ceci : « Si vous vivez chaque jour comme s’il était le dernier, vous finirez un jour par avoir raison. » Elle m’est restée en mémoire et, depuis, pendant les trente-trois années écoulées, je me suis regardé dans la gla-ce le matin en me disant : « Si aujourd’hui était le dernier jour de ma vie, est-ce que j’aimerais faire ce que je vais faire tout à l’heure ? » Et si la réponse est non pendant plusieurs jours à la file, je sais que j’ai besoin de changement.
Avoir en tête que je peux mourir bientôt est ce que j’ai découvert de plus efficace pour m’aider à prendre des décisions importantes. Parce que presque tout – tout ce que l’on attend de l’extérieur, nos vanités et nos fiertés, nos peurs de l’échec – s’efface devant la mort, ne laissant que l’essentiel. Se souvenir que la mort viendra un jour est la meilleure façon d’éviter le piège qui consiste à croire que l’on a quelque chose à perdre. On est déjà nu. Il n’y a aucune raison de ne pas suivre son cœur.
Il y a un an environ, on découvrait que j’avais un cancer. A 7 heures du matin, le scanner montrait que j’étais atteint d’une tumeur au pancréas. Je ne savais même pas ce qu’était le pancréas. Les médecins m’annoncèrent que c’était un cancer probablement incurable, et que j’en avais au maximum pour six mois. Mon docteur me conseilla de rentrer chez moi et de mettre mes affaires en ordre, ce qui signifie : « Préparez-vous à mourir. » Ce qui signifie dire à ses enfants en quelques mois tout ce que vous pensiez leur dire pendant les dix prochaines années. Ce qui signifie essayer de faciliter les choses pour votre famille. En bref, faire vos adieux.
J’ai vécu avec ce diagnostic pendant toute la journée. Plus tard dans la soirée, on m’a fait une biopsie, introduit un endoscope dans le pancréas en passant par l’estomac et l’intestin. J’étais inconscient, mais ma femme, qui était présente, m’a raconté qu’en examinant le prélèvement au microscope, les médecins se sont mis à pleurer, car j’avais une forme très rare de cancer du pancréas, guérissable par la chirurgie. On m’a opéré et je vais bien.
Ce fut mon seul contact avec la mort, et j’espère qu’il le restera pendant encore quelques dizaines d’années. Après cette expérience, je peux vous le dire avec plus de certitude que lorsque la mort n’était pour moi qu’un concept purement intellectuel : personne ne désire mourir. Même ceux qui veulent aller au ciel n’ont pas envie de mourir pour y parvenir. Pourtant, la mort est un destin que nous partageons tous. Personne n’y a jamais échappé. Et c’est bien ainsi, car la mort est probablement ce que la vie a inventé de mieux. C’est le facteur de changement de la vie. Elle nous débarrasse de l’ancien pour faire place au neuf. En ce moment, vous représentez ce qui est neuf, mais un jour vous deviendrez progressivement l’ancien, et vous laisserez la place aux autres. Désolé d’être aussi dramatique, mais c’est la vérité.
Votre temps est limité, ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre. Ne soyez pas prisonnier des dogmes qui obligent à vivre en obéissant à la pensée d’autrui. Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste est secondaire.
Dans ma jeunesse, il existait une extraordinaire publication The Whole Earth Catalog , l’une des bibles de ma génération. Elle avait été fondée par un certain Stewart Brand, non loin d’ici, à Menlo Park, et il l’avait marquée de sa veine poétique. C’était à la fin des années 1960, avant les ordinateurs et l’édition électronique, et elle était réalisée entièrement avec des machines à écrire, des paires de ciseaux et des appareils Polaroid. C’était une sorte de Google en livre de poche, trente-cinq ans avant la création de Google. Un ouvrage idéaliste, débordant de recettes formidables et d’idées épatantes.

Stewart et son équipe ont publié plusieurs fascicules de The Whole Earth Catalog . Quand ils eurent épuisé la formule, ils sortirent un dernier numéro. C’était au milieu des années 1970, et j’avais votre âge. La quatrième de couverture montrait la photo d’une route de campagne prise au petit matin, le genre de route sur laquelle vous pourriez faire de l’auto-stop si vous avez l’esprit d’aventure. Dessous, on lisait : « Soyez insatiables. Soyez fous. » C’était leur message d’adieu. Soyez insatiables. Soyez fous. C’est le vœu que j’ai toujours formé pour moi. Et aujourd’hui, au moment où vous recevez votre diplôme qui marque le début d’une nouvelle vie, c’est ce que je vous souhaite.
Soyez insatiables. Soyez fous.
Merci à tous.
»

Vidéo du discours de Steve Jobs à Stanford


[VOSTFR] Steve Jobs Stanford Commencement... par Cladouros

Merci Hadopi d’ avoir tant fait pour le streaming !

pas de censure Il faut savoir dire merci quand des initiatives courageuses créent des améliorations concrètes !

Merci Hadopi, merci Sarkozy, merci Mitterrand, merci à vous parlementaires si experts en internet ( on ne se lassera jamais de la vidéo de cette note: Les causes de la loi HADOPI enfin révélées ).

Avant, pour télécharger des films, il fallait galérer sur du P2P, attendre et se méfier des virus.

Maintenant grâce à la motivation causée par Hadopi, les films sont accessibles pour la plupart en streaming.

Lire la suite "Merci Hadopi d’ avoir tant fait pour le streaming !"

Google Panda, les conneries du Journal du Net

Désolés mais on revient à propos de Google Panda … (voir  Google Panda après 2 mois: quoi de neuf ?) car ce qu’on vient de lire sur le Journal du Net est au mieux marrant au pire désolant…

Le Journal du net titre: Google Panda 2.5 : les sites français pénalisés ..

et disant reprendre une “étude” de Searchmetrics (qu’on n’ose pas aller voir car il est déjà tard et on va rater les teletubbies sur Tiji et que par ailleurs, si jamais Searchmetrics raconte vraiment ce genre de conneries, on est vraiment mal barrés …°) dresse une liste de sites impactés par une nouvelle version de Google Panda…

Lire la suite "Google Panda, les conneries du Journal du Net"

Google Panda après 2 mois: quoi de neuf ?

google panda Voilà 2 mois que Google Panda a été déployé en France officiellement.

3 mois, 2 mois, 1 mois avant l’arrivée de Google Panda, on ne comptait plus la multitude d’articles qui en parlaient.

En plein août, il y eut aussi une vague de publications à ce sujet et puis depuis septembre quasiment rien ..

Pourtant c’est maintenant qu’on peut voir si Google Panda a manger tous les bambous qui trainaient ou si il est resté en cage pour la plupart des sites…

Lire la suite "Google Panda après 2 mois: quoi de neuf ?"

Lever des fonds sans être rentable

Fonds-investissement Même en pleine crise, certaines start-ups continuent de lever des fonds alors que leur activité perd de l'argent en exploitation et est loin d'en gagner.

Et dans beaucoup de cas, il s'agit de start-ups qui ne créent absolument rien comme valeur ajoutée réelle.

Lire la suite "Lever des fonds sans être rentable"

Le top du livre électronique ou de la tablette

Quel est le top du livre électronique ou de la tablette ?

Samsung, Amazon, iPad ou Archos (ignoré par ce grand défenseur de l'industrie français qu' est Laurent Wauquiez ..) ?

En fait, le top du top existe déjà depuis pas mal de temps mais il souffre visiblement d'un déficit de pub ou de marketing (il est vrai que son prix de vente empêche de trop dépenser en blabla...):

 

Lire la suite "Le top du livre électronique ou de la tablette"