Nouveaux investissements dans Facebook: bulle, calcul ou embrouille ?

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Facebook commence fort l'année 2011. Rumeurs d'un rachat par Apple et mise au pot par Goldman Sachs et la société russe DST Digital Sky Technologies (dont nous avons déjà parlé à ce sujet dans Facebook et le russe Yuri Milner: si simple ou complexe ?).

Goldman Sachs mettrait 450 millions de dollars et DST remettrait 50 millions.

Sur l'habituelle homothétie de valeur, Facebook vaudrait alors 50 milliards de dollars.

Les médias s' extasient, contents de trouver quelque chose de + gros que Google ou Apple qui trustent les habituels superlatifs duu web.

Au passage, tout le monde a oublié MySpace version 2005, qui partait aussi sur les mêmes bases et erre maintenant dans le cyberspace (il serait temps d'aller plus loin dans la comparaison en inventant les cyber trous noirs ;-))

Donc, Facebook vaut-il vraiment 50 milliards de dollars ? Parce que si c'est vrai, la spéculation sur les tulipes il y a quelques siècles va passer pour une aimable plaisanterie tant Facebook a autant de chiffre d' affaires que les tulipes de vrais acheteurs au 18ème siècle.

De plus, les informations qui semblent donner la valeur de facebook sont fournies gratuitement. Qu'adviendrait-il si un jour, dans un souci de confidentialité ou ne voulant pas être cambriolées comme Michael Youn, les personnes non exhib présentes sur facebook fermaient le robinet de leurs vies privées (si tant est qu'elles savent que Facebook et les iPhones ou autres qui le portent transmettent énormément d'informations sur elles...).

Bon et si ce deal avait d'autres causes ?

DST et Goldman Sachs ... Hum hum... Beaucoup d'anciens de Goldman Sachs ont rejoint Digital Sky Technologies:

  • John Lindfors en Septembre dernier (après 17 ans chez Goldman Sachs)
  • Alexander Tamas en 2008 (après avoir travaillé dans la " Investment Banking Division" de Goldman Sachs à London où il supervissait les investissement numériques et les IPO de l' Internet en Europe et Russie .....).
  • Verdi Israelian, qui codirigeait les opérations de Goldman Sachs à Moscou.

L'investissement de Goldman Sachs Et de DST n'a donc rien du tout de "non concerté".

N'oublions pas non plus que derrière Millner, il y a l' oligarche Usmanov.

En Russie, les élections approchent et Vladimir Poutine vient de montrer une fois de plus avec la condamnation de Khodorkovsky que les fortunes faites dans la Russie récente sont instables.

Imaginons que Goldman Sachs ait monté un astucieux schéma pour sortir de l'argent de Russie, de manière tout à fait "transparente" ...

"On" investit dans une société dont la valorisation et les investissements échappent aux règles et habitudes des marchés réglementés.

Quand on veut récupérer son argent, on le récupère par un autre investisseur, qui ensuite le redonne, en occident, dans une société  de l'argent "sécurisée". Comme garantie, "on" oblige celui qui a monté le schéma à mettre aussi au pot, au cas où les choses tourneraient mal ...

Avant le web, c'était l'immobiiler qui servait pour ce genre de schémas mais dans l' immobilier, il faut au moins acheter un terrain et faire semblant de construire les fondations.

Avec le web, pas besoin de ceci puisque les valorisations échappent aux règles logiques et de bon sens et que donc, il se pourrait même que des idiots achètent encore plus cher ce qu'on y a mis (comme avec les tulipes).

Dommage qu'aucun journaliste ne s'interroge sur la manière concrète dont l'argent d' Usmanov a été mis dans Facebook: par quelle banque ? En provenance de quelle origine, etc, etc...

Rappelons aussi que Goldman Sachs est la banque qui a permis à la Grèce de camoufler son état financier réel grâce à des produits dérivés inventés pour l' occasion ...

Commentaires sur: Nouveaux investissements dans Facebook: bulle, calcul ou embrouille ?

Merci pour ces éclaircissements! Décidément j'en apprends beaucoup grâce à ce blog et je reste stupéfait quand on parle de Facebook et de son président "milliardaire"... Lorsque Facebook ne vaudra plus rien (un an, deux ans?) on en reparlera de l'homme de l'année.

Rédigé par : Nicolas Chevallier | 4 jan 2011 19:26:50

Poster un commentaire sur: Nouveaux investissements dans Facebook: bulle, calcul ou embrouille ?







« Faire des bannières en ligne gratuitement | Accueil | Faut-il bannir Groupon pour gagner plus en Adsense ? »



Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous