Crise financière: conséquences et opportunités pour les petites entreprises

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


La crise financière peut avoir un impact sur les petites entreprises, notamment dans des secteurs dits de "croissance" (en général les "gros" donc ceux qui soutiennent les secteurs de "croissance" ont tendance à se replier sur leur coeur d'activités en période de crise).

Il est donc important pour les entrepreneurs de savoir comment, en cas de crise, éviter les mauvaises surprises mais peut-être aussi transformer la crise économuique et financière en opportunité.

Tubbydev n'est pas un spécialiste de ces questions mais en connaît ;-) La suite de cet article est donc un article écrit par un vrai spécialiste et il nous a semblé intéressant de le publier.
Il s'appelle Sébastien Descours et associé-gérant de Da-Ose Consulting (ce n'est pas nous qui avons fait leur site donc oui il n'est pas terrible  :-)))))). N'hésitez pas à le contacter si vous vous sentez ou êtes directement concernés par ces questions d'impact de la crise sur les entreprises. (son mail est sd arobase da-ose.com ) -Si la crise ou l'économie, spécialement vus par des contribuables un peu aigris vous intéressent, regardez aussi impôts utiles.

Crise financière: conséquences et opportunités pour les entreprises et notamment les petites entreprises.

Si les conséquences de la crise actuelle du système financier mondial ont principalement été concentrées sur … le secteur financier, ses effets ne vont pas tarder à prendre leur pleine puissance sur les sociétés industrielles et commerciales. Dans ce cadre, les frontières vont bouger, les situations en place se modifier, les risques s’accroître.

Comment se protéger de la crise économique et financière ?

Comment profiter de la crise économique et financière ?

En tant qu’entrepreneur, comment se protéger de la crise économique et financière ?

Clairement, l’année 2009 va être une des pires années jamais vécues par un entrepreneur : montée des risques, désolvabilisation des clients, credit crunch, baisse violente du PIB (-10% ?), etc…

Sachant le temps nécessaire pour s’adapter à ce type d’environnement, il faut agir maintenant : Préparez un plan « Crash », c'est-à-dire une croissance de votre activité amputée de 20% (si vous faisiez +5%, regardez ce que cela donne à -15%). Et la conséquence d’une baisse d’activité de ce niveau sur tous les compartiments de votre entreprise :

-          Sur le poste clients : passage de la totalité de la clientèle sous assurance crédit et refus de vente si non-accord de couverture par SFAC ou Atradius. A cet égard, rappelons que les assureurs crédit peuvent vous déréférencer du jour au lendemain vous laissant sans crédit fournisseur, ceux-ci exigeant alors un paiement cash ou un dépôt de garantie. Prenez le temps d’aller les rencontrer et de faire le point sur votre société si vous voulez conserver un peu de marge de manœuvre. Sinon, nommez si ce n’est déjà fait quelqu’un en charge du recouvrement et du délai clients. En la matière, c’est celui qui râle le plus qui est le plus vite payé, cela ne sert à rien d’être sympa et arrangeant.

-          Sur les stocks : le ralentissement économique a d’ores et déjà gonflé les stocks à tous les niveau de la chaîne de production, avec un effet amplifié sur 2009, les plans de production devant sans doute être revus drastiquement à la baisse avec des stocks déjà élevés.

-          Sur la dette : allez voir votre banquier, essayez de sécuriser tout ce qui peut l’être, signez, si vous le pouvez, toute dette que vous pouvez obtenir. Concernant les découverts, la banque doit vous laisser un délai de 60 jours en cas de rupture de sa part. Elle ne peut vous empêcher de tirer sur votre découvert à hauteur du maximum atteint au cours des 6 derniers mois, sous peine de rupture abusive, plaisanterie qui peut les obliger à combler tout le passif en cas de RJ.  Conséquence : tirez toutes vos lignes de découvert au plafond au moins une fois par trimestre, voire essayez de les dépasser largement pour créer ce que l’on appelle une « référence », montant maximum que vous pourrez tirer en cas de pépin. Ceci n’est possible que si la banque ne vous adresse pas une lettre de dépassement exceptionnel. Dénoncez vos cautions personnelles si vous en avez. Cherchez des programmes de factoring pas chers (nous avons chez Da-Ose un partenaire privé qui propose du Euribor + 1 ,10% sur tout type de créances, y compris l’Etat, l’international et la petite créance, avis aux amateurs !!!)

-          Sur la trésorerie : protégez votre bas de laine : on commence à distinguer les gagnants et les perdants du 3ème conflit mondial et les conclusions semblent limpides : pas de placements en action, ni en obligations, ni en immobilier (avant 2 ans), ni dans une banque sans dépôts, et surtout pas en dollars (effondrement probable d’ici 6 mois). Que reste-t-il ? Les certificats de dépôts de la Caisse des Dépôts. Ou de BNPP, Crédit Mutuel, HSBC. Pour les six prochains mois au moins à mon sens.

-          Sur le personnel : il est difficile de licencier, juridiquement mais surtout humainement. Si cela vous apparaît comme un passage obligé pour la survie, si vous licenciez plus de 10 personnes, il faut faire un PSE (Plan de … Sauvegarde de l’Emploi), compliqué à gérer et surtout très long (6 mois) et très cher. D’où la nécessité d’anticiper au maximum une décrue contrainte des effectifs. Plus tôt vous initierez cette démarche, plus facilement vos collaborateurs partants trouveront un emploi, sachant qu’une montée très violente du chômage est à prévoir.

-          Sur le capital : il reste de l’argent qui cherche à s’investir en France, et ce de manière urgente. Les fameux fonds issus de la réduction de l’ISF ont collecté plus de 550 millions d’euros et ont le plus grand mal à trouver de cibles d’investissement, sachant qu’ils n’ont qu’une période très courte pour les employer. Par ailleurs, les performances singulières des banques ces derniers mois ont renforcé l’attractivité de l’investissement dans les PME pour les personnes fortunées. Chercher de l’argent en ce moment n’est donc pas impossible, loin de là. Pour autant que l’on dispose d’une maîtrise de son activité, de ses ambitions et d’une stratégie claire et solide.

En tant qu’entrepreneur, comment en profiter ?

L’avantage des temps de crise comme celui que nous vivons est que les frontières fixes et intangibles deviennent floues et souples, que les héros d’hier deviennent les parias de demain et que du coup… il y a plein de bonnes affaires à faire. (Le secteur où cela est  aujourd’hui le plus apparent est celui …. des banques, petit monde figé depuis des années en termes de mouvement de concentration qui se trouve, du fait de la violence de la crise, en train de faire émerger des vainqueurs incontestés et incontestables)

Passage obligé : ne pas être endetté aujourd’hui.

Si vous avez de la dette (particulièrement LBO), il faut songer à un adossement le plus rapide possible, toutes les hypothèses d’exploitation actuelles et futures s’étant très violemment dégradées au cours des dernières semaines.

Mettez votre fierté en poche pour :
-          lever de l’argent, certes à valorisation cassée mais non nulle, ou
-          regardez autour de vous auprès de qui s’adosser, se fusionner, à un moment où votre entre prise est encore sexy et complémentaire à certains de vos concurrents. Il y a urgence !!! ou
-          préparez vous à gérer votre mandat ad hoc le plus rapidement possible, les tribunaux de commerce risquent d’être très encombrés en 2009. Le fait de le déclencher vous-mêmes vous laisse la main alors que la DCP (Déclaration de Cessation de Paiement) vous met hors jeu.

Si vous n’avez que de la dette normale d’exploitation, et que les concurrents de votre secteur ont eux commis l’immense erreur de s’endetter lourdement pour des opérations de LBO ou de croissance externe, c’est du pain bénit pour vous. Devenez (et ce, quasiment quelque soit votre taille), les acteurs de la structuration de votre secteur. Là encore, il y a des fonds propres disponibles pour ce type d’opérations pour autant qu’elles soient bien construites et saines.

Sur toutes ces pistes financières, Da-Ose accompagne d’ores et déjà des entrepreneurs qui ont fait le choix de profiter de cette crise sans équivalent :
-          en analyse stratégique préalable,
-          en apport opérationnel pour préparer la tempête qui s’annonce, (revue des items exploitation et bilan pour adapter la société aux nouvelles conditions de l’environnement, propositions d’actions, suivi de la mise en oeuvre)
-          en gestion de relationnel banques,
-          en levée de fonds sur certains secteurs (internet à contenu, distribution, cleantech, industrie) ou certaines problématiques (création d’un leader du secteur, intégration horizontale et verticale)
-          en cession pour ceux qui le souhaitent, (industrielle principalement)
-          en acquisition pour ceux qui ont de l’appétit et des réserves financières,
-          et ce en France en Europe et en Chine.

Si vous vous sentez concernés par ces questions, si vous avez une société dirigée par une équipe professionnelle et soudée, n’hésitez pas à nous appeler.

Entrepreneurialement,

Sébastien Descours
Associé gérant
Da-Ose Consulting
4 rue Léo Délibes
75116 Paris

Mail: sd arobase  da-ose.com

Commentaires sur: Crise financière: conséquences et opportunités pour les petites entreprises

merci

Rédigé par : flora | 8 nov 2008 10:57:04

merci pour ces conseils

Rédigé par : annick | 24 oct 2008 16:34:03

Merci pour ce TRES bon billet que je viens de relire pour la 3ème fois.

Il y a pour moi (comme entrepreneur) la feuille de route pour ces 5 prochaines années.

De très nombreuses opportunités dans tout plein de business modèles solides qu'il faut "ré-enginierer" avec le bon dosage de NT :-)

Rédigé par : Laurent Bervas | 12 oct 2008 11:57:56

Donc on est bien d'accord ca va être grave le bordel !!!!!

Rédigé par : ArnoldB | 1 oct 2008 15:12:05

Poster un commentaire sur: Crise financière: conséquences et opportunités pour les petites entreprises







« E-commerce : quelle est le meilleur système de boutique ? | Accueil | Un blog vendu 12,4 millions de dollars ! »



Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous