Le web 2.0 et l'avenir de la veille internet

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Veille_web2Jeudi 24 mai, s’est tenu un petit déjeuner “le web 2.0 et l’avenir de la veille internet”, organisé par rE-veille. Les intervenants étaient Sylvie Le Bars (Arkandis), Stéphane Guerry (d’Euro-RSCG), Rémi Guilbert (Human to Human), Thierry Maillet (auteur de “Génération Participation: De la société de consommation à la société de participation”), Bertrand Simon (Professeur à Paris 1, spécialiste des nouveaux médias). Virginie Robert, des Echos Innovation, dirigeait le débat.

Les 3 parties (classiques) du débat:

qu’est-ce que le web 2.0 ?

qu’est-ce que la veille d’opinion et quelle est son utilité ?

quel avenir pour la veille d’opinon sur Internet

En résumé, dans le désordre, à la fois remarques, questions et bien évidemment  critiques de Tubby (notées CT):

T Maillet “se plaint” de ce que les entreprises ne sont pas assez ouvertes au, sur, dans le web 2.0 ; ne permettent pas assez à oleurs employés d’y participer (CT: ce n’est peut-être pas le but et l’objet d’une entreprise de permettre à ses employés de fréquenter le web… sauf si bien évidemment c’est son univers..)

R Guilbert trouve que le web 2.0 est génial, assez représentatif, qu’on peut y faire des analyses “sociétales”, etc.. (CT: visiblement Mr Guilbert oublie qu’on peut assez facilement manipuler le “buzz” sur le net —> construire bruit, inverser des soi-disantes “influences”, lancer des rumeurs, etc… Visiblement kitetoa.com n’a pas assez été fréquenté lors de la première bulle

Bertrand Simon a une position très juste (avis Tubby) puisqu’il relativise le web, le net par rapport à la population dans son ensemble, notamment dans les études sociétales.

Ont été séparés 2 termes: veille et intelligence économique. Virginie Robert s’est étonnée de ce que certains ne pensent pas que les systèmes/logiciels GRATUITS de veille puissent demain être utilisés pour de l’intelligence économique (Pour notre part, on pense que l’intelligence économique est assez fagocitée, fermée en France par des “experts” qui n’ont souvent que leur passé dans les services de renseignement ou de police comme expertise.. Il en résulte que personne dans ce milieu n’a intérêt à voir se développer une approche trop simple et trop gratuite.. Combien de directeurs de la sûreté, de la sécurité de grosses sociétés ne savent pas se créer une alerte technorati ou google pour savoir ce qui se dit de leur firme et paient des “consultants” pour remonter des informations qu’un étudiant moyen pourrait leur donner ?

CT principale: Tous ces experts définissent justement le web 2.0 comme une affaire de PERSONNES mais bizaremment, quand ils parlent entre entreprises, ils ne les considèrent pas comme des ensembles de personnes à buts et intérêts distincts mais comme des “entités” OR il semble justement que les difficultés, avantages, caractéristiques du web 2.0 et de son adaptation ou pas dans les entreprises ne soient pas du fait de l’entreprise, en tant qu’entité, mais des DIFFERENTES personnes qui y sont.

Suivant leur “culture”, leur âge, leur fonction, leur passé, leurs responsabilités, les gens seront POUR ou CONTRE, FAVORABLES ou PAS, MOTEURS, FREINS ou INDIFFERENTS.

Le web 2.0 (de la même façon qu’il permet à TOUS d’être “publishers” sans forcément être dans une entité ayant les moyens de publier et de se faire connaître, faisant ainsi DISPARAITRE des passages obligés) “NIE” l’entreprise en tant que passage obligé, permettant des initiatives PERSO mais aussi des freins perso..

Autre point sous-estimé (à notre humble avis): l’importance du coût dans l’intérêt des entreprises pour le web 2.0

Les “choses” du web 2.0 (ex typique les blogs) ne sont en rien des découvertes révolutionnaires. Par exemple les blogs ne sont qu’une simplification et une réinvention marketing des pages perso des années 98.. La simplification a amené la prise en mains par toutes les personnes de l’entreprise, sans nécessité de passer par les informaticiens (qui perdant ainsi souvent leur “rôle” de passage obligé, sont parfois les principaux freins aux nouvelles nouvelles techno..). L’autre avantage en est le coût, ridiculement faible.. (tellement faible qu’il rend problématique le coût de certaines prestations de conseils qui elles restent aux niveaux classiques.. le coût du web 2.0 pose d’ailleurs un autre problème : celui de la pérennité des entreprises du web 2.0: des centaines de services sont gratuits, sans revenus, alors qu’ils coûtent qqch en maintenance et même les services payants ne le sont pas assez pour assurer l’avenir d’une société.. souvent celles ci doivent évoluer vers le service mais elles se retrouvent alors en concurrence avec des solutions classiques et donc avec des interlocuteurs “classiques “(achats, informatique) qui ne sont guère enclins à changer de types de prestataires…)

Ces 2 aspects (simplicité et coût) sont à l’origine de l’intérêt des entreprises pour les “choses” du web 2.0 et il serait, à notre avis, mensonger de prétendre que l’intérêt est avant tout “technologique” ou “fonctionnel”..

Dernier point: il nous semble que la “veille” sur le net ne prend pas assez en compte les effets induits qu’elle provoque. Les objets d’études ne sont pas passifs, ils se savent “veiller” et leur comportement en dépend forcément. De la même façon que bcp de sites ou blogs sont ECRITS pour optimiser Adsense, de plus en plus de sites/blogs sont écrit pour optimiser le but recherché pour être veillé.. ou pas..

Commentaires sur: Le web 2.0 et l'avenir de la veille internet

A moins d'être sourd ou d'avoir été sous l'influence de substances hallucinogènes, je me rappelle très bien que quand j'ai demandé si vous (l'ensemble des participants de la table ronde) ne pensiez pas que l'on sous-estimait les manipulations possibles dans les blogs, vous, Mr Guilbert, avez répondu que non et que d'ailleurs tout était génial et positif dans ce monde et ces nouvelles approches. Peut-être alors ai(je mal compris que vous faisiez une boutade .. ;-)
ou alors peut-être était ce pour expliquer l'idée que vous développez dans le deuxième point de votre commentaire ici "Le web, au travers de son évolution participative dite "2.0", contribue davantage à l'établissement collectif de la vérité qu'il ne favorise la "manipulation" des esprits, même si le pouvoir d'auto-publication des internautes entraine certaines dérives"
--> je ne pense pas pour ma part que les dérives ne soient QUE le fait du pouvoir d'auto-publication des internautes.. car la possibilité de publier facilement et en masse peut aussi provoquer des mouvements, notamment sur les marchés, et certains groupes ou organisations ou sociétés s'y mettront tôt ou tard si ce n'est pas déjà fait..
En ce qui concerne la fin de votre commentaire ("D'ailleurs, votre interprétation pour le moins personnelle des propos et des idées qui ont été échangés lors de cette conférence témoigne des limites de l'auto-publication et démontre la nécessité d'une plus grande vigilance de la part des utilisateurs.") hé bien oui: une interprétation est toujours personnelle, que ce soit dans l'écrit ou dans la musique classique .. Hé oui, Monsieur, cela montre les limites mais aussi ouvre d'autres possibilités.. En revanche je ne comprends pas très bien ce que vient faire la "vigilance" ici.. Y a-t-il un "bien" et un "mal", un "correct" et un "incorrect" dans ces domaines ? (je me permets de vous rappeler que dans la note que vous comentée, ont été BIEN INDIQUEES ET SEPAREES les CT -critiques de tubby- avec d'ailleurs un smiley..

Rédigé par : Pierre | 28 mai 2007 13:04:28

Bonjour

Vous m'attribuez des propos lors de cette conférence de presse que je n'ai pas tenus alors je me permets quelques rectificatifs :

- Non, je ne pense pas que le web 2.0 soit "génial" (?) et encore moins qu'il soit "représentatif". Nous ne cessons d'ailleurs de rappeler à nos clients la faible représentativité de l'opinion en ligne qui d'ailleurs fait sa valeur en renforçant son caractère prédictif.

- Par ailleurs, je "n'oublie pas que l'on peut manipuler le buzz sur internet ou y lancer des rumeurs" mais je ne crois pas non plus à cette théorie... Le web, au travers de son évolution participative dite "2.0", contribue davantage à l'établissement collectif de la vérité qu'il ne favorise la "manipulation" des esprits, même si le pouvoir d'auto-publication des internautes entraine certaines dérives.

D'ailleurs, votre interprétation pour le moins personnelle des propos et des idées qui ont été échangés lors de cette conférence témoigne des limites de l'auto-publication et démontre la nécessité d'une plus grande vigilance de la part des utilisateurs.


Rédigé par : Rémi Guilbert | 28 mai 2007 12:43:36

Poster un commentaire sur: Le web 2.0 et l'avenir de la veille internet







« Audience du web en Russie | Accueil | Concours de recrutement »



Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous