longue traine long tail

Pour créer et faire connaître vos pages web --> Contactez-nous

longue traine long tail


Google ralentit-il la vérité de l'affaire Sarkozy-Bettencourt ?

Non, on ne va pas faire de politique ;-) On va juste montrer comment le nouvel algorithme de Google empêche certaines choses ou oblige à certaines recherches "compliquées" et que donc .. le nouvel algorithme de Google n'est pas si bien que ça .. (ce qui normalement devrait obliger les Google Boys à le changer).

Le nouvel algorithme de Google donne un poids + grand à la fraîcheur du contenu.

Sur un sujet d'actualité, sans même aller sur Google News, les premières pages de résultats de Google donnent le dernier contenu.

Ainsi, si vous cherchez aujourd'hui dans Google "Rencontre Sarkozy Bettencourt", les 3 premières pages de résultats parlent de la possible rencontre entre Nicolas Sarkozy et André Bettencourt en février 2007 (sujet qui a fait l'objet de beaucoup de publications car la date de cette rencontre entre Sarkozy et le multimilliardaire serait troublante quelques jours après des retraits en liquide d'argent dont aucun usage n'a été trouvé pour l'instant -et Sarkozy avait à l'époque une campagne électorale à financer où il dépensa beaucoup plus que ses adversaires afin d'imposer son image de Serge t'es un gagnant ;-))

Pour le quidam/électeur/contribuable ou simplement curieux qui se rappelle plus ou moins que Sarkozy avait dit connaître à peine les Bettencourt, rien n'apparaît ..

Lire la suite "Google ralentit-il la vérité de l'affaire Sarkozy-Bettencourt ?"

Les changements de Google annoncent-ils le printemps ou l' automne pour le référencement naturel de certains sites web ?

Il semblerait que les derniers mouvements/changements de l' algorithme de Google se soient assemblés/complétés pour former une machine infernale ou délicieuse qui rebat les cartes du SEO et des places chèrements acquises par certains sites web ou "fermes de contenus" (lire  Fermes de contenus: tout dépend de Google qui n' a pas l' air vraiment d' aimer le modèle).

Au cours des derniers mois, les changements de l' algorithme de Google ont semble-t-il concerné prioritairement:

- une moindre importance donnée au nom de domaine (après tout, "google" ne veut pas dire "search" ;-)

- une amélioration de la compréhension des langues, des périphrases, des synonymes (voir Google et la possible indexation des phrases: un gros changement pour le SEO et beaucoup de questions) et donc indirectement une "punition" pour les "spammeurs" de synonymes qui dépassent une certaine densité sur la page web considérée

- le retour -vraisemblablement une trouvaille technique- de la lutte contre la copie pour enfin arriver à mettre devant l'original et pas la copie ( (citation: http://googleblog.blogspot.com/2011/01/google-search-and-search-engine-spam.html )

Bref, tout ça et d'autres choses qu'on ne saura jamais font que l'algorithme de Google a changé comme l'annonce Matt la menace http://www.mattcutts.com/blog/algorithm-change-launched/

Pas mal de sites ont vu leurs positions dans les résultats de recherche Google changer. notamment pas mal de medias web qui vivaient sur des pratiques "industrielles" de production de contenu et/ou occupaient des positions de la longue traine long tail  (ou du moins de leur vision de la Longue traîne .. ) .

En France personne n'en parle officiellement mais aux USA, quelques exemples dont celui-ci sont bien expliqués: http://www.nytimes.com/2011/02/13/business/13search.html?_r=3&sq=jc%20penny&st=cse&scp=2&pagewanted=all

Savoir comment et pourquoi les changement sont arrivés et par quoi exactement ils sont causés est impossible. Savoir si les importances relatives des facteurs importants qu'on suppose dans Google ont bcp changé est aussi impossible ( voir Facteurs de ranking et de position de Google)

Trop de décalage entre la réalité à la source (langue anglaise) et ses conséquences dans les auteres langues comme le français.

Pas assez de recul.

Difficulté d'observation (puisque de plus en plus les résultats dans Google diffèrent selon le navigateur, l'historique de navigation, de recherche et la connexion ou pas à un cpt Google)

Utilisation moindre de la recherche google "classique" et utilisation des autres recherches (Google actualités, Discussions, blogs, temps réel, images, etc...).

Ce qui est sûr, c'est que pour pallier à cette baisse d'audience "naturelle", le "marché" des sites under, des bannières ou d' adwords augmente sérieusement.

Il sera intéressant dans 2 mois d'aller vérifier quelques trucs dans semrush ;-))  (Tout savoir des sites web concurrents : mots cles, adwords, provenance du trafic  )

Et ça ça profite aussi à Google qui va vendre + d' adwords ;-))

Finalement il se pourrait que face à la pression de Facebook, de Twitter et d'autres ... Google ait peut-être fait quelques changements pour le plus grand bien non seulement de l'internaute qui cherche une info mais aussi pour ses bénéfices ;-))

 

Fermes de contenus: tout dépend de Google qui n' a pas l' air vraiment d' aimer le modèle

Le business des fermes de contenus à la "Demand Media  " (a priori imité en france par Wikio et Comment ça marche) est un business modèle risqué pour les investisseurs. Nous avons détaillé quelques "trucs" dans Fermes de contenus: business plan et métriques

Dans cette note, nous pointons un autre risque majeur que des investisseurs avertis devraient particulièrement considérer si on leur demande un investissement dans une "ferme de contenus" à la "Demand Media": Google et ses algorithmes.

Google et son traitement de la longue queue est en effet la "cause" principale du revenu des "fermes de contenus".

Que se passera-t-il donc si un changement des algorithmes de Google détruit la plupart des positions des "fermes de contenus" ?

Est-ce impossible ?  Pas vraiment puisque Google a en interne un débat sur les "fermes de contenus" et que Matt Cutts a dit "There is a debate going on internally at Google over whether they should consider content farms web spam."

Au delà du contenu "auto-généré" qui lui est clairement considéré comme spam, le contenu, mis en ligne, dans le but annoncé et primordial de gagner de l'argent sur les niches incomplètes pourrait apparaître pour Google comme du spam.

Sans entrer dans les méandres des statistiques, si l'on se réfère aux principes toujours énoncés de Google: est-ce BIEN de racler les fonds de tiroirs de la "long tail" pour "faire de l'argent" ? Oui si le contenu est "intéressant", non si il est juste là pour occuper de la place.

Qu'est-ce qui déterminera ceci ?

A priori, les statistiques de fréquentations, et surtout de temps passé sur les pages des "fermes de contenus"  fourniront à Google des critères d'appréciation de ces pages et il y a fort à parier que Google les déclassera si celles-ci ne sont pas appréciés des premiers clients de Google: les internautes.

A lire certains business plans, il est étonnant que les trucs que tout le monde entend et voit depuis des années comme par exemple "content is King" ne soit pas mieux pris en compte ...

Rich Ord de iEntry l'exprimer ainsi:

The problem as I see it is that while Google is highly ranking the content of these mass production publishers it also has a financial incentive to do so. Almost all content farms use Google Adwords for their revenue. So while Google on the one hand encourages publishers to make content for their readers and not just for search ranking, it is in partnership with sites that do just that.

This should make publishers wonder about their business models. Should they spend thousands paying reporters and editors to create quality content for their users or should they simply create a content farm that pays little for bulk quantities of articles and videos but gets lots of Google love?

I guess if you can make content for the purpose of ranking in searches ... but make it targeted, unique and not horrible, then you might find that Google well reward you quite well.

 

Marché de masses et marchés de niches: la longue traine n' est pas partout

La méthode Google (page 112) défend la théorie que les marchés de masses sont bientôt remplacés par des marchés de niches (idée de la Longue traîne) notamment car les outils de création de contenus sont gratuits, simples et faciles à utiliser (sauf pour les grosses sociétés de médias ;-)) mais ceci est un autre problème).

D'après ComScore, les internautes ont regardé mensuellement 10 milliards de vidéos en ligne en 2008. Aucune n'a atteint des sommets d'audience mais en cumulé, ces 10 milliards de vidéos ont pris la majorité de l'audience, donc du temps de cerveau.

Face à cette quasi infinité (pour l'esprit humain, ce très grand nombre de pages web est comparable à l'infini), les outils capables de trier, de trouver deviennent les passages obligés.

La méthode Google parle de la domination des marchés de niches .. mais ne mentionne pas que le paradigme du leader dans les marchés de masse s'est déplacé du contenu vers la recherche.

La logique des marchés de masses n'a pas disparu ! On la voit avec Google et ses concurrents. Que fait Google sinon appliquer les vieilles recettes de ce type de marché dans SON business ?

La "crise" dont parlent les médias et les "publishers" classiques est simplement une mauvaise lecture de l'endroit où ça se passe.

Le contenu a une valeur ajoutée supérieure à celle du contenant (alors que c'était l'inverse au début de la démocratisation du web) mais elle est inférieure à la valeur de l'outil de tri.

Les "publishers" sont tellement attachés à leurs propres idées sur leurs valeurs qu'ils ont dès le départ considéré les tuyaux comme "inférieurs" en valeur.

Le plus drôle est qu'en pleine crise, ils continuent de snober ceux-ci alors que dans la vie réelle, il ne viendrait pas à l'idée d'un écrivain de snober les éditeurs ou la FNAC ou à un journal de négliger les NMPP.

Google a beau jeu, en position ultra-dominante de mettre en avant les tout-petits qui par leur nombre et leur taille sont à la fois plus puissants que les gros médias et vont les tuer (par ce fameux phénomène de la Longue traîne)  mais incapables de renverser la tendance qui fait de Google le trieur, LE seul MEDIA (au sens initial du terme) de l'Internet.

Economie d' abondance et fossilisation des agences de publicité

Sur internet, on peut proposer énormément de choses, de manière infinie. Avec Internet et Google, nous sommes entrés dans l'économie de l'abondance, une économie où la rareté, valeur fondatrice et fondamentale de l'économie en vigueur jusqu'ici, a disparu.

La Methode Google de Jarvis parle d'économie d'abondance (page 98) et notamment de l'application et de la non application de ce principe par les agences de publicité (page 99 et 100). Extraits:

Les agences de publicité se comportent toujours comme si les espaces publicitaires étaient encore rares. Aujourd'hui, le nombre de supports publicitaires utilisables est virtuellement illimité . Les agences de publicité ont toujours eu un faible pour la vente en gros. A chaque rentrée, elles rencontrent leurs homologues des chaînes de télévision, passent en revue les grilles de programmes et achètent des espaces en gros. Les agences se rémunèrent en prélevant un pourcentage sur l'argent dépensé en achats d'espaces. Plus les espaces sont rares, plus ils se vendent cher, plus les agences dépensent, plus elles gagnent de l'argent, ce n'est pas un cercle vertueux, c'est un attrape-nigauds.

Cette conception absurde de la publicité s'est exportée vers l'Internet. C'est à se tordre de rire. ... les agences tentent de créer de la rareté là où elle n'existe pas. L'espace publicitaire disponible à la vente est infini. Il s'étend sur des milliers de pages partout sur Internet. La plupart de ces pages sont très spécialisées et on pourrait y afficher des publicités beaucoup pàlus ciblées et bien moins chères que les home pages des portails ..... L'efficacité des investissements publicitaires serait meilleure ...Dans la presse papier, les annonceurs paient car l'audience est censée voir la totalité de la pub .. Sur internet c'est l'inverse, les annonceurs payent pour les pages qui affichent effectivement leurs publicités et avec Google Ads, les annonceurs ne payent que si quelqu'un clique sur une de leurs publicités. L'internet est un bien meilleur support, il est moins cher et améliore la mesure de l'impact de la publicité. Mais cette efficacité n'est pas à l'avantage des agences dont les revenus dépendent des dépenses qu'elles engagent

Le pire aussi (là c'est un tubby qui reprend le clavier ;-)) c'est que les tauliers des portails ou des "gros sites" raisonnent encore sur internet dans le modèle classique de publicité de la presse ou de la télé; AInsi ils pensent audience --> revenus publicitaires avec des schémas bloqués sur les bannières publicitaires payées au nombre de pages vues ALORS MEME QUE CECI EST AISEMENT EMBROUILLABLE ET que les annonceurs, de moins en moins pigeons, se tournent de plus en plus vers des modèles de paiement au clic (Google Adword) ou en affiliation ou même en drop shipping (pendant qu'agences et tauliers de gros sites continuent de se m... sur les chiffres idiots de médiamétrie).

Les Echos de Lundi ont publié à ce sujet un article révélateur: "Les sites d'information toujours à la recherche d'un modèle" ... Ainsi quelqu'un de rue89 est cité dans l'article: Laurent Mauriac, le directeur général, assure se battre pour préserver les tarifs du bandeau publicitaire. « On ne veut pas brader nos espaces publicitaires. Mais certains acceptent des prix dérisoires, qui nous mettent en difficulté », dit-il

Murdoch veut lui faire payer l'accès à ses sites d'information (toujours les Echos)

Bref, face à l'économie d'abondance et à la masse des petits qui devient plus grosse que les gros (longue traine long tail ), les gros réagissent à la façon "ligne maginot".

Comme les chars de Guderian, légers et très mobiles, fondez des petits sites de niche, en utilisant tous les systèmes gratuits ou peu cher (dont les système de blog comme CMS) et soyez assurés de n'avoir jamais comme concurrents les gens dont on parle dans les journaux; Quand ils s'en rendront compte, ce sera trop tard pour eux.

Blogs

Chris Anderson Free mesure la gratuité

Free_anderson Chris Anderson, célèbre pour The long tail, va-t-il réussir à foutre encore plus le bazar avec FREE ? Au delà des idées ou du verbiage ou de la frime (vous avez bien sûr remarqué ce super jeu de mots dans le titre de cette note ;-)) de FREE (on ne l'a pas encore lu), l'affaire commence bien pour Chris Anderson qui fidèle à son titre, met son nouveau livre à disposition gratuitement.
Le problème est que la gratuité "Anderson" se paie quand on n'est pas ango-saxon ou même américain.
Le lien Google Book de FREE ne fonctionne pas pour nous :-(
Le lien scribd de FREE est réservé aux US :-(
Il existe une version gratuite accessible en néerlandais (http://lifehacking.nl/free/)
Ceux qui aiment l'anglais par les oreilles peuvent récupérer FREE à cette adresse (http://www.wired.com/images/multimedia/free/FREE_Audiobook_unabridged.zip ) -il en existe d'autres pour Itunes fans.
Il y a même un moyen d'avoir le livre FREE PHYSIQUEMENT gratuitement mais c'est un peu compliqué
Amazon trouve le moyen de le faire payer !
En attendant France, que Free te trouve (vous l'avez ? ;-)), voilà un petit moyen via les embed de scribd de prendre connaissance de l'essentiel (cliquez sur l'icone plein écran pour ne pas vous abimer les yeux).

FREE (full book) by Chris Anderson

Qui possede le " Social Customer" ?

Who-owns-social-customerLes réseaux sociaux sont tellement vagues que même les marchands et les actionnaires de certains systèmes ne savent pas vraiment qui possède quoi (et même quoi est quoi ?).

Forcément au bout d’un moment des questions concrètes se posent.

L’arrivée bizarre de Yuri Milner (et de ceux qui tirent les ficelles derrière lui) dans Facebook pose la question de la valeur de ces “réseaux”.

L’impact réel des réseaux sociaux n’est pas connu dans le monde commerçant (comme d’ailleurs n’a jamais été connu l’impact des forums et autres anciennes appelations des “réseaux sociaux”… qu’est-ce qu’un facebook ou un twitter sinon que de la novlangue appliquée à l’ancien mot “forums” hein ? )

Bref, le magazine CRM (Customer Relationship Management) s’est demandé  “Qui possède le Social Customer”  Who owns the Social Customer ?

Comme il s’agit d’un magazine anglo-saxon, tout est en ligne gratuitement  sur

http://www.nxtbook.com/nxtbooks/crmmedia/crm0609/index.php?startid=Cover1&WidgetId=null&BookId=58fbd4bbfb0a37e7599b07167534f52d#/0

(lire aussi Conversations des consommateurs sur Internet : ce qui change pour les marques  )

Moteur de recherche et commerce

Quel est l’impact des moteurs de recherche (et donc du référencement) sur le commerce (e ou pas) ?

Cette question est un thème de conversation de bistrots du web depuis maintenant des lustres et l’on entend tout le temps les mêmes choses à savoir les tags “influence des avis des consommateurs”, “blogueurs influents”, “importance du référencement et de la première page de Google”, “réputation en ligne”..

Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est pipeau ?

Otoresearch a, comme pour mesurer les conversations des consommateurs sur le net, pris le taureau par les cornes et tenté de tirer certaines conclusions REELLES et PRATIQUES à partir de sondages auprès de vrais gens et non dans le microcosme.

Les conclusions de l’étude sont que:

Lire la suite "Moteur de recherche et commerce"

Augmenter son audience web et son référencement naturel 5

(Cet article suit Augmenter son audience web et son référencement naturel  1 et Augmenter son audience web et son référencement naturel 2  et Augmenter son audience web et son référencement naturel 3 et Augmenter son audience web et son référencement naturel 4)

Après quelques temps, une fois votre blog/site bien rempli (au moins une cinquantaine de notes ou pages) et des inscriptions validées dans les systèmes décrits ci-avant, vous pourrez envisager une seconde étape qui est le développement de votre audience.
 
Celle-ci, pendant que vous continuerez à publier régulièrement, se déroulera en 3 étapes complémentaires :
 
– L’amélioration du code de votre blog/site
– L’amélioration de l’ergonomie de votre blog/site
– L’amélioration du contenu de votre blog/site
 
Pourquoi donc se préoccuper de tout ceci seulement une fois le blog/site lancé ?
Hé bien simplement parce que pour savoir ce qu’il faut faire, il faut un minimum de « vie » et notamment savoir comment, par oû, où arrivent les visiteurs de votre blog ou site.
 
Il vous faudra donc, DES LA NAISSANCE DE VOTRE BLOG ou SITE, en suivre attentivement les STATISTIQUES. Il ne s’agit pas de savoir combien de pages vues et de visites il y a eu la semaine dernière ou le mois dernier. Certes, ces statistiques là pourront intéresser votre hiérarchie si vous en avez une mais les statistiques que vous devrez connaître devront plutôt vous apporter en permanence, à toute heure du jour ou de la nuit où vous décidez de les consulter :
 
– D’où sont venus les derniers visiteurs ?
– Quelles sont les dernières requêtes sur les moteurs de recherche qui vous ont amené des visiteurs ?
– Combien de temps ont passé les derniers visiteurs sur vos pages
 
Ces données vous permettront de connaître véritablement, comme la comptabilité analytique permet de connaître la vraie comptabilité générale d’une société,  votre audience réelle et de connaître les gens qui viennent sur vos pages, les habitudes qu’ils y ont et qu’ils y prennent.
Seules ces données vous permettront de savoir si l’audience existante correspond à votre cible et donc de prendre des décisions pour orienter le futur de vos publications dans l’encouragement de l’audience existante ou dans la recherche d’un autre type d’audience.
 
Rassurez-vous ! Il n y a pas besoin de payer ni de connaître beaucoup de choses pour avoir ces renseignements. Il vous suffit d’utiliser statcounter , outil formidable, gratuit et invisible

… à suivre … (tout ceci est aussi dans le livre “Blogs et Entreprises” de Tubbydev)

Longue queue, longue traine: la mode du faux sens

Longue queue”, “longue traîne”, ces expressions sont de plus en plus utilisées dans les blogs ou médias du web ou dans les conférences sur le web qu’elles concernent le e-commerce, le web x.0, les fesses du bouc ou l’avenir des médias sur la touale…

Dans 95% des cas, ces expressions de “longue traîne” ou “longue queue” sont utilisées avec un magnifique faux sens.

Semaine dernière par exemple: lors d’une conférence sur le e-commerce avec Denis Duval représentant les 3 suisses, Bertrand Pineau de la Fevad, quelqu’un de Compario et un spécialiste du sujet, l’expression “longue traîne” a été utilisée pour commenter un schéma de cette allure:

Longue_traine

sauf qu’un tel schéma n’a pas FORCEMENT de relation avec un phénomène de longue traîne tel que défini par Chris Anderson.

Le phénomène de “longue traîne” est singularisé quand l’ensemble de la fameuse traîne ou queue représente, dans la chose mesurée, + que la partie importante de gauche

A la base on a la maintenant célèbre constatation comme quoi chez Amazon, la plupart des ventes n’est pas générée par les livres les plus connus mais par l’ensemble des petits livres inconnus -comme “blogs et entreprises” de Tubbydev -(qui étant tellement nombreux représentent au total en vente + que les énormes ventes des quelques livres connus) .. au contraire d’une librairie physique qui elle a 80% des ventes avec 20% des livres.

En raccourci, le phénomène de la longue traine est presque l’inverse d’un autre poncif répété de partout, la règle des 80/20…. et le phénomène de la longue traîne N’EST PAS FORCEMENT PRESENT QUAND ON A UNE COURBE COMME CELLE DU DESSIN.

Ainsi en e-commerce, actuellement en France, la PLUPART des ventes sont faites par QUELQUES sites. On peut donc avoir une courbe comme celle qui illustre cette note pour montrer le volume des ventes en fonction des sites. MAIS LE TOTAL DES VENTES DES PETITS SITES n’est pas + important que celui des grands sites notamment car il y a relativement peu de “petits sites” .. Nous ne sommes donc pas dans un phénomène de “longue traîne” mais plutôt dans un 80/20 .. encore quelques temps …

Tribes continue sa vie sur le web et gratuitement

Les fans du pape du marketing, Seth Godin, ont sûrement déjà acheté “Tribes We need you to leed Us” qui est le premier véritable ouvrage de Godin après “All Marketers are liars” version française ici.

Tribes parle de la manière dont se forment les bandes, les tribus, les communautés (en ce qui concerne le marketing) et quand on aura bien compris, on écrira une note . En attendant le Seth propose en téléchargement gratuit le Q&A de Tribes.

A défaut d’être intéressé par le sujet, vous pouvez toujours utiliser ce questionnaire pour un client ou un prof à qui vous devez fournir une sorte de pré analyse de sa problématique ; le marketing, c’est aussi et d’abord du copier/coller

Augmenter son audience web et son référencement naturel 3

(Cet article suit Augmenter son audience web et son référencement naturel  1 et Augmenter son audience web et son référencement naturel 2 )

Après “trafic direct” et “trafic de liens” , intéressons-nous au trafic acheté :

Le trafic acheté est en constante évolution, notamment pour les entreprises, car il est beaucoup plus facile, a priori, d’acheter du trafic que de chercher à intéresser les gens « naturellement » de la même façon qu’il est plus facile de pêcher de la truite d’élevage que de la truite sauvage.
On peut acheter du trafic de différentes façons :
 
– sur des bannières de publicités web « classiques »
– dans des newsletters populaires (si par exemple votre société propose des produits féminins, il est évident – – qu’une mention de votre site sur les newsletters d’aufeminin ou Elle vous amènera des clients)
– sur des systèmes d’échanges de liens et d’achat de trafic (comme avdertyz.com)
– sur Google AdWords (http://adwords.google.fr)
 
Dans le monde standardisé du web « français », Google AdWords est le principal système de trafic acheté et de nombreux sites ont plus de 80% de leur trafic qui est acheté via Google Adwords.
En résumé, Google AdWords est le système de vente de publicité de Google qui vous permet d’appaître dans les zones publicitaires d’une recherche google à propos des mots pour lesquels vous avez acheté de la publicité Google AdWords OU dans les bannières « adsense » de publicité contextuelle que Google propose aux webmasters pour gagner de l’argent.

Lire la suite "Augmenter son audience web et son référencement naturel 3"

480000 euros sauvent Bakchich pour ? visiteurs uniques par jour et donc ?

Selon Libération d’aujourd’hui, Bakchich aurait trouvé de l’argent nécessaire à sa survie: 480000 euros.

Le quotidien annonce que Bakchich aurait une audience de 60000 visiteurs uniques par jour et 4.2 millions de pages vues par mois … soient en gros 2 à 3 pages vues par visiteur unique (ce qui est un chiffre normal et sans “tricheries” comme beaucoup..).

Au même moment en Russie, un super site (doublé d’un journal papier gratuit): exile.ru cherche aussi de l’argent pour sa survie et n’en trouve pas. Pourtant exile.ru a presque autant de pages vues que Bakchich selon Alexa et dans un pays où l’audience est très divisé, c’est une performance.

Widgets.alexa.com

En Russie, beaucoup d’ “hommes d’affaires“ financent des projets web en considérant que ce sont leur danseuse donc sans vraiment vouloir gagner quelque chose… mais exile.ru ne trouve rien (peut-être ont-ils trop exagéré à propos de certains sujets …).

480000 euros pour 1 800 000 visiteurs uniques par mois, ça fait  en gros (si on considère que l’argent sert UN an et qu’il n y avait plus rien dans la caisse -hypothèses complètement hasardeuses mais il en faut bien pour faire notre calcul) : 0.02 centimes le visiteur unique (qu’il faudrait revoir à la hausse car 60000 visiteurs uniques par jour ne sont pas 60000 NOUVEAUX visiteurs uniques tous les jours !!!

Lire la suite "480000 euros sauvent Bakchich pour ? visiteurs uniques par jour et donc ?"

Euro RSCG prend le CAC40 en otage contre Wikipedia

Euro RSCG C&O organise un débat sur l’image des entreprises du CAC 40 dans Wikipédia (source Libération Ecrans).

Selon Euro RSCG, Wikipédia cannibalise l’image des entreprises du CAC 40 et de leur dirigeants ; 39 entreprises du CAC 40 voient l’article Wikipédia les concernant positionné sur la 1ère page de Google.fr. 29 dirigeants du CAC 40 voient l’article Wikipédia portant sur leur biographie arriver en 1ère position sur Google.fr ; La fiabilité et la véracité des informations publiées par l’encyclopédie collaborative sont contestées et mises en doute. Elles participent malgré tout à la construction de l’image de l’entreprise et de leurs dirigeants et peuvent nuire à la valeur de la marque

Ecrans résume parfaitement la situation en expliquant que comme Wikipedia est souvent, dans Google, devant les réalisations d’ Euro RSCG et de ses confrères ET que Google est la première source d’information, alors Euro RSCG et ses confrères craignent pour leur business puisque leur “comm” n’est plus visible (et qu’un stagiaire malin dans une de ces entreprises du CAC 40 ou quelques teletubbies peuvent faire mieux sur le web )

Le simple fait de vouloir “investir” Wikipedia avec une “norme” (le projet NDLE d’ Euro RSCG c’est à dire une zone éditoriale dans Wikipedia où les sociétés pourront « s’exprimer sur Wikipédia tout en respectant le principe de neutralité ») montre le retard de raisonnement de ces grands de la “comm”.

Typique la remarque d’ Euro RSCG: Parce qu’il n’y a aucune raison que la voix des anonymes ait plus de poids que celle de l’entreprise ou du dirigeant concerné ……………

Grâce ou à cause de Google et du système même de l’Internet ( Interconnected Networks qui d’un système technique permettant que le signal passe même si un canal était cassé, via le maillage du réseau est devenu un système où l’information elle-même passe grâce au maillage en réseau de contenus .. vue la similitude ? ok, rompez ) qui ne prend plus en compte l’importance ECONOMICO-BUSINESS de l’émetteur mais plutôt la PERTINENCE du contenu (avec comme définition de “pertinence”  non seulement la “justesse” mais aussi le degré d’intéressement du contenu POUR les internautes —> donc du “fake” peut devenir “pertinent” et n’est-ce pas là JUSTEMENT la définition du monde VIRTUEL ??) on a la possibilité en étant petit ou anonyme ou inconnu de DIRE des choses qui seront MIEUX entendues/vues/ressenties que la parole “officielle” des puissants.

Les frontières, les entonnoirs, les filtres, les barrières à l’entrée, les primes au premiers entrants sont supprimés sur le web. Chacun a les mêmes chances au départ et le même outil: son cerveau !

Plutôt que de refuser cette “mondialisation” du monde virtuel, les Euro RSCG et consorts feraient mieux de réfléchir à comment s’adapter au système et y être performants..

NB: Je me demande si cette note grimpera haut dans une recherche “Euro RSCG

maj jeudi soir: ah ben elle est sur la première page d'une recherche euro rscg wikipedia ;-)

Blogs et entreprises : le livre !!

Entreprises-web2-blogs Le “livre blanc” Blogs et entreprises” va perdre sa couleur blanche car il devient un livre à acheter ou à télécharger ici (ou à acheter sur amazon ici) On en avait déjà parlé ici et ça nous a pris beaucoup de temps. Au final + de 100 pages word police arial 12 (donc il y a du contenu) avec plein de trucs concrets sur les possibilités techniques et fonctionnelles des blogs dans et pour les entreprises. Le livre ne concerne d’ailleurs pas seulement les blogs mais aussi le web 2.0 puisque les briques sont les mêmes.. Au delà des problématiques d’entreprises, le livre est aussi utile aux blogueurs “perso” qui voudraient “améliorer” leur blog (techniquement, “audiencement” et fonctionnellement).

maj: édition 2011 de ce livre avec "Blogs Bless You"  -->à voir sur

Nouveau livre sur les blogs

On a choisi d’éditer le livre non pas par un éditeur classique mais par lulu pour voir comment ça se passait. Une expérience intéressante décrite prochainement

Le pitch du livre ?  "Blogs et entreprises" explique comment concrètement utiliser les blogs dans une entreprise, que ce soit pour faire un site internet, un intranet, un extranet ou pour communiquer avec l'extérieur ou savoir ce que le web "pense".

Le sommaire du livre ? (le lien ci-après vous permet aussi de lire le début)

UTILITE ET UTILISATION DES BLOGS POUR ET DANS LES ENTREPRISES

1        INTRODUCTION 4
2      LES NOUVELLES NOUVELLES TECHNOLOGIES 5
3      BLOG : UN SYSTEME DE PUBLICATION 6
3.1            Petite histoire et définition 6
3.2            Créer techniquement son blog en partant de 0 8
3.3            Créer son blog avec un logiciel existant 9
3.4            Créer son blog sur une plate-forme existante ou asp 11
4      CAUSES ET CONSEQUENCES D’UN TEL DEVELOPPEMENT MAINTENANT 12
4.1       Le contenu redevient plus important que le contenant 12
4.2       Du contenu éparpillé et différent 12
4.3       Du contenu moins standard 15
4.4            Moins d’argent pour le web à débrouille à blog 15
4.5       Un passage obligé par les moteurs de recherche et une nouvelle façon de chercher 16
4.6            Users et Publishers .. de moins en moins de différence ? 17
5        DIFFERENTES UTILISATIONS POSSIBLES PAR LES ENTREPRISES 19
5.1       Sites web 21
5.1.1                Sites web simples 21
5.1.2                Sites web temporaires 22
5.1.3                Sites web « compliqués » 23
5.2            Intranets 24
5.3            Extranets 26
5.4            Media interactif 29
5.5            Forums 31
5.6            Marketing 32
5.6.1                Le media du secteur ou le haut de l’entonnoir 33
5.6.2                Les relais et têtes de gondole 35
5.6.3                Les crochets d’incitation à l’action 36
5.7            Commentaires et modération 38
6        DEVELOPPER UNE PLATE-FORME DE BLOGS 38
6.1            Différentes solutions techniques 39
6.2       La meilleure solution pour développer une plate-forme de blogs ou plus généralement d’espaces personnels 40
6.2.1                Définition des termes 41
6.2.2                Création d’un utilisateur 41
6.2.3                Création d’un blog 42
6.2.4                Profil 42
6.2.5                Blog 43
6.2.6                Aministrateur 43
6.2.7                Design, ergonomie 44
6.2.8                Portail   Liste des éléments pouvant être affichés sur le portail de la plate-forme: 46
6.2.9                Hébergement 48
7        AUTOUR DES BLOGS 49
7.1       Flux RSS 49
7.1.1                Utilisation du RSS pour une veille 53
7.2            Widgets 57
7.3            Vidéos 58
7.4            Annuaires dynamiques 59
7.5            Réseaux sociaux 67
7.5.1                Créer fonctionnellement et techniquement un réseau social 68
7.6       Web 2.0 69
7.7       Tags 70
8        AUGMENTER L’AUDIENCE DE SON BLOG 72
8.1            Définir cible et action voulue 72
8.1.1                Trafic direct 73
8.1.2                Trafic « liens » 73
8.1.3                Trafic acheté 75
8.1.4                Trafic naturel 78
8.2            Référencer son blog 79
8.3            Développer l’audience 80
8.3.1                Amélioration du code d’un blog 81
8.3.2                Amélioration de l’ergonomie d’un blog 83
8.3.3                Amélioration du contenu d’un blog 85
9      OUTILS DE PUBLICATION POUR BLOGS ET PAGES WEB 90
9.1            Statcounter 90
9.2            Blogjet, windows Live Writer, Ecto, etc.. 92
9.3            Pings 93
9.4       Tags faciles 94
10            CONCLUSION : LES 4 P DES BLOGS 95
10.1            Publier 95
10.2            Partager 95
10.3            Propager 96
10.4            Percevoir 96

Quoi d’autre ? Quelques photos du livre et une idée si il ne vous plait pas (sinon vous pouvez acheter ou télécharger Blogs et entreprises ici ou sur Amazon)

Entreprises-web2-blogs (2)Entreprises-web2-blogs (3)

Entreprises-web2-blogs (4)Entreprises-web2-blogs

Pub: le retour de la radio

Dans toutes les études sur la publicité, on assiste à un effondrement de la publicité à la radio… C’est assez incompréhensible car la radio est le seul media qu’on peut “utiliser” en faisant autre chose. Peut-être que le problème vient alors du contenu des radios, qui sont peut-être soit trop généralistes (100 “chansons” et vous avez une radio) ou trop “niches” (radio classique par exemple).

Je penche pour la deuxième hypothèse car il semble évident que des radios comme France Culture ont un contenu de niche extrêmement intéressant mais que peut-être ne savent pas vendre les régies de pub “classiques” par lesquelles elles passent.

Dans ce qui sert de (premier) support à la longue traîne, le web, voici que la publicité à la radio (du web) donne des signes de forte augmentation. Forbes titre sur “The Coming Online Radio Ad Boomet surtout, Google propose pas mal de choses très intéressantes pour les annonceurs qui voudraient utiliser les radios web:

Google-ads La sinusoïde de l’Histoire va-t-elle encore se manifester ici avec le retour d’une multitude de radios, comme au début de la FM, quand les radios locales pullulaient, financées par la pizzéria ou le ciné du coin ?

De quoi ravir les aventuriers de la FM, si ils acceptent de se remettre dans le bain et de recommencer avec cette fois-ci une sérieuse chance, de par la nature du web, de ne pas finir en étant absorbés par un réseau  sans saveur et sans odeur

Vie d'une video sur Youtube

Intéressante petite étude chez Viralmanager sur la durée de vie d’une vidéo sur youtube ou plus exactement la durée de vUeS d’une vidéo sur youtube.

Youtube-videos

Une “courbe” qui rappelle un peu la longue traine mais attention, il s’agirait ici d’une longue traîne SUR un mois donc à observer aussi sur les mois d’après OU alors à “analyser” QUE sur UN mois.

Concrètement:

  • Moins de 20% des videos ont + de 500 visionnages
  • Moins de 10% des videos ont + de 1500 visionnages
  • 3% en ont + de 25000
  • 1% + de 500000

Questions:

  • les auto-visionnages (les gens adorent regarder LEURS videos) sont-ils décomptés ou pas ?
  • Sur quelle zone géographique est faite l’étude ?
  • Pas de corrélation trouvée avec la nature ou le sujet de la video ?
  • Mêmes courbes sur les autres plate-formes ?
  • Quelle courbe sur les videos présentes SEULEMENT sur Youtube (et pas  reprises sur des blogs et autres)
  • Evolution de ce graphe dans le temps (pas pour les videos mais pour le graphe lui-même)

Quelqu’un a des réponses ?

Audience des sites web: augmentation ou baisse ?

Audience-sites_web

Selon Xiti, la fréquentation des sites web baisse “Le ralentissement de l’activité des sites Web observé depuis 2006 est toujours d’actualité au troisième trimestre 2007, avec un mois de septembre même moins performant qu’en 2006” mais l’indication de la méthodologie (L’indicateur utilisé pour cette étude, mesurant le nombre de visites enregistrées par un périmètre constant de sites, révèle l’évolution de l’activité des sites Internet) donne peut-être une autre piste.

Et si l’audience s’éparpillait de plus en plus entre les sites “historiques” ou “établis” et les dizaines de milliers de nouveaux sites/blogs/forums ?

A la fois la conséquence de la fameuse longue traine mais de la facilité de publication qui fait que tout le monde devient éditeur et donc en premier lieu CLIENT de son propre site ou blog et de ses semblables, prenant ainsi une partie d’un temps NON EXTENSIBLE, consacré auparavant aux sites “établis”.

Radiohead boucle la boucle

radiohead Avec "In Rainbows" téléchargeable en mp3 (sur ce site) au prix qu'on veut, Radiohead supprime les intermédiaires. Tout le monde sait que les intermédiaires existent tant qu'ils apportent une certaine valeur ajoutée et ceci dans n'importe quel business. Dans celui de la musique, les maisons de disque servaient surtout à distribuer et à assurer la promotion des musiciens et de leurs oeuvres. Grâce (ou à cause) de l'Internet, cette promotion et cette distribution passent maintenant directement et quasiment gratuitement du producteur aux consommateurs. Prince a appliqué les nouvelles règles cet été en donnant sa production avec un magazine et RadioHead va encore plus loin en permettant aux internautes de télécharger leur nouvel album directement (cela supprime aussi la fausse valeur ajoutée des itunes and co) et proposant à l'internaute de payer ce qu'il veut (une nouvelle version du juste prix ou juste du "buzz" ?).

On entend déjà les marchands du temps déguisés en vierges effarouchées s'offusquer d'un tel fait et appeler à la raison en s'appuyant sur la soi-disante valeur ajoutée qu'ils offrent aux "petits" artistes ("oui bien sûr, ce que fait Radiohead est intéressant mais ça ne peut être QUE pour les artistes déjà connus, déjà connus grâce à notre travail auparavant";...) sauf que les marges que prennent les maisons de disques et leurs amis sont supérieures à la différence négative (si elle existe) de distribution via le net à partir d'un simple site ou de têtes de gondole réparties dans les endroits de fixation du net (Myspace, youtube, facebook, secondlife actuellement).

Et puis de toutes façons: comment fonctionne l'économie de la musique classique ? Et coment fonctionnait l'économie de la musique AVANT le disque ?

Par les concerts...

En dehors de ces histoires d'économie de la musique, il sera intéressant de savoir si le "buzz" généré par Radiohead avec ce truc est un succès (c''est-à-dire qu'il rapporte au moins autant de retombées qu'une action "classique") et si d'autres musiciens s'engagent dans cette voie. Dans ce dernier cas, verra-t-on apparaître un marché de niches musicales tel que le décrit la théorie de la longue traine .. en théorie ?

IceRocket tags: , , ,
Technorati tags: , , ,
del.icio.us tags: , , ,

Evolution Technorati

Il semble que ce moment de l’année soit propice aux questions de fond sur l’avenir des sociétés web 2.0.. Vente/abandon de dinosaures du web, redistribution des cartes dans certains domaines, perte de valeur évidente de sociétés/sites/systèmes très fréquentés.. on se croirait dans le foot avec un véritable mercato et des changements de génération.

Dernière question en date: l’avenir de technorati. Peter Cashmore se pose, en se basant notamment sur un article de Forbes, la question “What should Technorati do ?” alors que David Siffry est sur le départ, comme une partie du trafic qui est à 50% d’origine Google…  Pour se sortir de l’ornière, une des pistes indiquée est que technorati devienne + un ordonnateur de données plutôt qu’un moteur de recherche..

Les dernières évolutions du web provoqueraient un nouvel état d’équilibre où Google est LE media et LE moteur de recherche, écrasant tout autre business concurrent de MASSE et où la création de nouveaux business à potentiel s’orienterait vers les niches et les filtres.. exactement ce que préconise Anderson dans la longue traîne.

Talent

Toujours dans la longue traîne, dont la lecture elle-même est une longue traîne ;-), un débat (Page 90 de la traduction française du livre de Chris Anderson) sur les "gens de talent")

Lire la suite "Talent"

Google vu dans la longue traine

Dans la longue traîne, pages 79–80 de la traduction française du livre de Chris Anderson, une vision intéressante de Google:

“…(Google) semble à la fois omniscient et insondable. Il établit des liens que vous et moi ne ferions sans doute pas, et qui émergent naturellement de calculs à une échelle que nous ne maîtrisons pas. .. Google est la première entreprise née avec un ADN intégrant l’intelligence étrangère des statistiques massives du web. C’est pourquoi il rencontre un succès si énorme et apparemment si irréversible. Ce que Paul Graham explique ainsi:

Le web a naturellement un certain grain, qu”on retrouve chez Google. C’est pourquoi la réussite de celui-ci semble si aisée. Il va dans le sens du vent, au lieu d’espérer tranquillement un modèle économique, comme la presse écrite, ou de tenter d’aller à contre-courant en portant plainte contre ses clients comme Microsoft et les maisons de disque. Google n’essaie pas d’obliger les choses à se passer à ssa manière. Il essaie de découvrir ce qui va se passer et s’arrange pour être sur le passage.

Le web est une caste foire aux idées, gouvernée par les lois des grands nombres. Le grain que Graham y voit est le tissu des mécaniques statistiques, la seule logique comprises par ces systèmes énormes..”

 

Ere probabiliste

En continuant la “longue traîne”, on découvre un élément important et sous jacent du raisonnement général de Chris Anderson: l’ère probabiliste (page 79 de la trad française): quand des professionnels -éditeurs, savants, journalistes– sont aux commandes (d’un ouvrage, d’une encyclopédie), on sait au moins que la question de l’exactitude est entre les mains de quelqu’un. Or aujourd’hui, on s’appuie de plus en plus sur des systèmes où personne n’est responsable: l’intelligence est simplement émergente et semble jaillir des grands nombres. Ces systèmes probabilistes ne sont pas parfaits mais ils sont statistiquement optimisés de manière à aller vers vers l’excellence avec le temps et les grands nombres. Ils sont conçus de manière à s’améliorer en grandissant Et le prix à payer pour cette efficience au niveau macro est une petite déficience au niveau micro..

Intéressante théorie mais basée sur une approche globale de l’enveloppe de ce qui se passe.. or un des buts de l’ouvrage est de parler des “détails”, des niches.. qui eux, en toute logique, ne sont pas régis par les théories probabilistes.. Une piste pour trouver une faiblesse de la longue traîne ?

Longue traine: pas seulement un truc pour le web

En lisant la version française de the long tail (la longue traine) de Chris Anderson, un tas de choses saute aux yeux.. et en levant le nez du livre 2 secondes, on ouvre pas mal d’horizons si l’on applique, dans une sorte de théorie fractale, le raisonnement “longue traine” à lui-même, aux théories du livre.. en pluys du sempiternel exemple commercial que les gourous auto proclamés et médiatisés répètent (mais n’auraient-ils pas lu seulement le résumé du livre ??

Nous avons donc décidé de faire de la longue traine long tail une catégorie de ce site/blog tant les questions posées semblent infinies.

En premier lieu et au lendemain l’élections qui ont vu la victoire d’une certaine idée du succès, du comportement, du travail, idée largement inspirée de la mentalité anglo-saxonne, un passage de la “longue traine” saute aux yeux..

Lire la suite "Longue traine: pas seulement un truc pour le web"

Longue traine, longue queue ... bref the long tail EN FRANCAIS

Longue_traineTout a été dit plus ou moins sur la longue traîne, ou longue queue (The Long Tail en anglais), le livre de Chris Anderson. Plein de gens en parlent mais peu l’ont lu en fait comme d’habitude . Maintenant plus d’excuses car c’est EN FRANCAIS !! Un pavé d’environ 250 pages aux éditions “village mondial” et ça s’appelle “La longue traîne, la nouvelle économie est là”.