Que retenir VRAIMENT du discours de Zuckerberg à Harvard ?

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Le 25 mai, Mark Zuckerberg a prononcé un discours à l'attention des diplômés 2017 d'Harvard.

Zuckerberg parle peu et on a plutôt de lui une image d'autiste âpre au gain ou de personnage qui serait bien dans le rôle du grand méchant qui veut dominer le monde dans un James Bond.

Hé bien dans ce discours, Zuckerberg nous a surpris.

Pas tellement pour ces histoires de "sens qu'on donne à sa vie" (éternel truc new âge de comptoir ou truc typique d'américains en mal de profondeur) ou de "revenu universel" (ce qu'ont retenus les medias) mais pour d'autres choses dont on parle rarement alors qu'elles sont au COEUR du problème de l'entreprenariat, notamment en France.

Tout d'abord, vous pouvez lire l'intégralité du discours de Zuckerberg sur https://www.facebook.com/notes/mark-zuckerberg/harvard-commencement-2017/10154853758606634/ et en avoir de larges extraits dans Le Monde http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/05/27/mark-zuckerberg-ensemble-redefinissons-l-egalite-des-chances_5134557_3232.html  ah oui mais c'est payant donc plutôt sur le site suisse du Temps où là c'est GRATUIT: https://www.letemps.ch/opinions/2017/05/29/mark-zuckerberg-ensemble-redefinissons-legalite-chances

En résumé, Zuckerberg recommande aux diplômés d'Harvard de réfléchir au sens qu'on donne à sa vie.

Et qu'il ne suffit pas de trouver du sens à sa propre vie: "Il ne suffit pas d'avoir votre propre raison d'être. Vous devez créer une raison d'être pour les autres".

Merci Zuckerberg de redécouvrir l'éternel truc que sans but ou sans guide, on tourne en rond et on devient dingue. Si des diplômés d'Harvard n'ont pas appris ça, pas terrible l'éducation américaine non ?  Surtout à une époque où on a des milliers d'âmes perdues qui vont s'engluer dans Daech ou d'autres équivalents religieux ..

Zuckerberg évoque 3 façons d'arriver à ceci: entreprendre de grands projets, redéfinir l'égalité des chances pour que chacun ait la liberté de poursuivre ses objectifs et bâtir une communauté à travers le monde.

On comprend que le discours de Zuckerberg s'adresse à l'élite d'Harvard. Pas question ici de s'occuper de sa famille et de servir son pays. Ca c'est bon pour les gueux. Pour les classes dirigeantes, priorité aux grands projets :-)

En ce qui concerne la réalisation de grands projets, Zuckerberg dit "Les idées n'arrivent pas toutes prêtes. Elles se peaufinent à mesure que vous travaillez dessus. Il vous suffit de vous lancer .. Si j'avais dû comprendre tout ce qui permettrait de connecter les gens avant de commencer, je n'aurais jamais lancé Facebook" ..

On retrouve ici la spécificité américaine qui s'oppose un peu au classicisme français. Dans le monde "USA", on fait et on voit, on pense au fur et à mesure de l'action (y compris pour les guerres). Dans le monde "français", on prévoit, on planifie, on fait des bp, des tableaux de TVA à 3 ou 5 ans, etc.. et si tout est "bon", on fait.

En fait, il n'y a ni bonne ni mauvaise méthode. Au final le taux de réussite est le même. Que le jardinier prépare scrupuleusement sa terre avant de planter ou qu'il balance dans tous les sens des graines et adapte en fonction de ce qui pousse, donne plus ou moins le même résultat SAUF si la surface à cultiver est réduite ou infinie ET/OU si le nombre de graines est limité ou infini.

Tout ceci débouche ensuite sur ce qu'on a vraiment aimé dans le discours de Zuckerberg car c'est un sujet IMPORTANT dont on ne parle JAMAIS dans l'eco-système français des startups:

"Mais je connais beaucoup de gens qui ont abandonné leurs rêves (d'entreprenariat) parce qu'ils n'avaient pas de filet de sécurité en cas d'échec.. La réussite est aussi liée à la chance. Si j'avais dû m'occuper de ma famille au lieu de consacrer mon temps libre au codage, si je n'avais pas su que tout irait bien pour moi si Facebook ne fonctionnait pas, je ne serais pas là aujourd'hui. Si nous sommes honnêtes, nous savons tous que nous avons eu de la chance ..."

Hé oui, combien de start-ups françaises existeraient si papa maman n'avaient pas été derrière les fondateurs pour au minimum les nourrir et au maximum (et dans bien des cas), les financer directement ou indirectement par le biais de leurs amis ou relations de travail ?

Très peu en fait et notamment dans le cas des créateurs d'entreprises issus de grandes écoles de commerce où à 90%, les élèves sont issus de familles aisées, en majorité déjà dans le "business".

Tant mieux pour eux et tant pis pour celles et ceux qui doivent travailler dès la sortie de l'école pour se nourrir ou pour rembourses des prêts.

Que peut-on y faire ? L'inégalité est une des lois de la nature.

On peut juste permettre au système scolaire français de continuer à être gratuit, notamment dans les grandes écoles d'ingénieurs qui permettent (beaucoup plus que les écoles de commerces, devenus de vraies pompes à fric) à n'importe quel rejeton d'une classe sociale, de réussir.

Plus en amont, ne perdons pas notre excellence en mathématiques. Les maths c'est gratuit et ça ne s'acquiert pas à coups et coûts de séjours en Angleterre ou ailleurs, au contraire de l'anglais et autres langues dont on nous rebat les oreilles ().

Et sinon, quand les investisseurs prêtent de l'argent à des startupeurs, qu'ils prennent aussi en compte la situation personnelle de ce dernier, quitte à moins prêter ou à surveiller le salaire d'un bourgeois et à être plus cool avec quelqu'un qui doit se nourrir.

Sans parler du fait que bien qu'on ne prête qu'aux riches, il est quand même surprenant que des soi-disant "serial entrepreneurs" à succès ne se voient jamais en France demander de mettre LEUR ARGENT dans leurs nouveaux super projets qui vont cartonner..  (contrairement au monde anglo-saxon).

Ensuite, enfant de riches ou de pauvres, chacun décide (ou ne s'aperçoit même pas d'ailleurs) de la façon dont il s'occupe de sa famille et notamment de ses propres enfants.... Mais qu'il ne se plaigne pas ensuite si ses enfants se droguent ou autre ou si ayant laissé ses parents seuls dans leur vieillesse et ne s'étant que peu occupé de ses enfants, il ou elle se retrouve aussi seul quand l'argent et les affaires n'auront plus le même intérêt ou goût.. Et dans ces cas, que surtout, cette personne ne vienne pas donner de leçons quand lui viendra l'envie de faire de la politique ou de jouer à l'"influenceur" ...

 

Commentaires sur: Que retenir VRAIMENT du discours de Zuckerberg à Harvard ?

C’est pour la première que je viens de visiter votre site et je le trouve vraiment intéressant ! Bravo !

Rédigé par : Voyance par mail rapide | 6 juin 2017 11:40:32

Poster un commentaire sur: Que retenir VRAIMENT du discours de Zuckerberg à Harvard ?







« Comment faire quand Google vous impose de mettre des trucs d'avertissement de cookies sur votre site ? | Accueil | Designers: un peu de compréhension technique pour le "responsive" !! »


Développement it et web, rédaction contenu web,  SEO, scrapping, growth hacking

Besoin de SEO, de développement, de rédaction de contenu web ? Besoin d'un blog, de Wordpress, de Prestashop ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous