Taxis contre Uber, disques et CD contre streaming: rien de nouveau

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Nombreux sont les petits marquis (expression revenant à la mode) de la pensée et de la prise de hauteur qui à propos de la bagarre taxis contre Uber nous expliquent le futur et dissertent sur le changement MAJEUR de société que nous vivons actuellement.

En écoutant, lisant et voyant tout ce qui s'est dit, écrit et bagarré à propos du match Taxis Uber, une sorte de déjà vu lu et entendu existe..

Mais oui bien sûr, FREE de Chris Anderson.. (qui date déjà d'un certain nombre d'années).

Page 61 de l'édition (payante) aux éditions Champs:

Il y a 70 ans, une bataille s est déroulée sur le terrain de la musique enregistrée.
A la fin des années 30, la radio est devenue une forme de divertissement populaire. Elle a perturbé les anciens modes de rémunération des musiciens.
La plupart des émissions musicales de l époque étaient diffusées en direct: musiciens et compositeurs étaient payés pr une représentation unique. Mais les artistes renâclaient car des millions d auditeurs étaient à l'écoute. Si les gens avaient été dans une salle de concerts, musiciens ‎et compositeurs auraient touché bcp + de gens.
Les patrons des radios leur opposaient l'impossibilité de payer des droits calculés d'après un nb d'auditeurs que personne ne connaissait.
Mais l'american society of composer, authors and publishers (ascap), qui détenait le quasi monopole de la représentation des artistes les + connus, imposa sa loi : en échange du droit de jouer de la musique, elle réclama des redevances représentant entre 3 et 5 % des recettes publicitaires brutes des stations.
Tandis que les 2 parties négociaient, les stations de radio commencèrent à abandonner les concerts diffusés en direct.
Les techniques d enregistrement s'amélioraient et de + en + de stations commençaient à diffuser de la musique sur disque, annoncée en studio par un "disc jokey".
Les labels musicaux ripostèrent en vendant des disques avec la mention "not licensed for radio broadcast" mais en 1940 la cour suprême des USA jugea que les stations avaient le droit d'utiliser les disques des lors qu'elles les avaient achetés.
L'ascap convainquit alors ses adhérents les + connus, comme Bing Crosby, de renoncer tout simplement à faire de nouveaux enregistrements.
‎Coincés entre le retrécissement des réserves de musique à diffuser et des redevances potentiellement ruineuse, les patrons des radios ripostèrent en organisant leur propre agence de collecte de droits, broadcast music incorporated (bmi).
Elle attira vite les musiciens régionaux en particulier ceux de rhythm and blues ou country qui étaient traditionnellement négligés par l'ascap. 
Des musiciens obscurs acceptèrent de laisser diffuser leur musique gratuitement.
Cela provoqua l'effondrement du modèle économique consistant à réclamer des fortunes aux radios désireuses de diffuser de la musique.
La radio devient alors un canal de marketing pour les artistes qui gagneraient de l'argent sur les ventes de disques et de places de concerts.
L'ascap eut beau contester cette évolution devant la justice à plusieurs reprises dans les années 50 et 60, elle ne fut jamais en mesure d imposer des redevances élevées aux stations de radio.
Radio gratuite et modestie des redevances furent à l'origine de l'ère des animateurs de radio, du top 40 et autres. Etc etc...
 
.......
On peut donc imaginer (si on croit comme l'écrit Gibson, l'inventeur du terme cyberspace et inventeur méconnu et pillé de Matrix, que rien de nouveau ne se crée en ce moment car nous ne faisons que des collages ou assemblages :-)) la même évolution dans le conflit entre Uber et les taxis traditionnels.
Redevance = licence ?
Musique enregistrée = VTC ?
ou d'autres similitudes.
 
Actuellement, les CD et autres supports musicaux se font défoncer par le streaming et il semble que les artistes vont devoir regagner leur argent grâce à leurs concerts (comme d'ailleurs le font et l'ont toujours fait les artistes de musique classique).
 
Le streaming des taxis, VTC ou Uber sera sans doute la voiture automatique..
 
Sinon, pour revenir à CE conflit entre Uber et les taxis, il est comique de constater:
- que blablacar ou autre ne sont jamais cités (ah oui ! Officiellement on ne fait pas de bénef qd on partage sa voiture :-)))))
- que les gens qui trouvent Uber super cool ADORENT en général aussi le film "La Loi du marché" et ce que dénoncent les mésaventures de Vincent Lindon (mais bon, on sait déjà que plein de financiers qui n'aiment pas l'attitude de la Grèce adorent vivre à Levallois et la gestion des Balkany :-))
 

Pour finir sur l'actualité .. étonnant que personne ne voit dans Yassin Salhi une sorte d'Uber du terrorisme.. Pourtant, il y a de sacrées similitudes ..  D'ailleurs les états terroristes sont tous en lutte contre Uber, heuu Daech .. ou Aqmi ou autres ..

LISEZ ou RELISEZ FREE de CHRIS ANDERSON !

Commentaires sur: Taxis contre Uber, disques et CD contre streaming: rien de nouveau

Bonjour,

Il parait que certains chauffeurs de CarPooling font des allers-retour Paris-Lille 12h/24.

Je ne sais pas si BlaBlaCar lutte contre ça.

Mais la DGCCRF dit ça :

"La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle, dans un communiqué du 7 février 2014, que le covoiturage est licite à condition qu’il soit gratuit ou que l’argent versé par les personnes transportées corresponde à un partage des frais générés par l’utilisation du véhicule."

http://www.service-public.fr/actualites/002687.html

Rédigé par : Guillaume | 29 juin 2015 18:04:48

Poster un commentaire sur: Taxis contre Uber, disques et CD contre streaming: rien de nouveau







« Comment annuler l'envoi d'un mail .. avec gmail | Accueil | Comment enlever la balise H3 de laisser un commentaire dans le template wordpress Fifteen ? »


Besoin de contenu, de rédaction web ? Notre proposition sur Redac Web SEO
Besoin d'une info ou d'un développement web, de référencement naturel, de blogs, de Wordpress, de Typepad, de Movable Type ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous