Cyberguerre entre la Russie et l'Ukraine

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Alors que les députés de la Douma pleurent leur reconnaissance à Vladimir Poutine et écrivent même des poèmes et que les russes installent de sacrées devuchki en Crimée, comme Natalia Poklonskaia, ce procureur devenu un sex-symbol en Asie , une véritable cyberguerre fait rage entre la Russie et l'Ukraine.

En raison des forces en présence, il s'agit a priori du plus gros conflit n'ayant jamais eu lieu dans le cyberespace .

Certes, ce qu'on imagine à propos de Stuxnet ou les exemples toujours donnés de la Georgie ou de l'Estonie ont été de grosses affaires, comme ce qu'on imagine aussi à propos de la Syrie mais à l'exception de la cyberguerre là aussi subodorée entre la Chine et la Russie, jamais n'avait eu lieu un affrontement entre 2 groupes possédants autant de "talents".

Ukraine et Russie sont en effet 2 énormes réservoirs de programmeurs, hackers motivés et forts en thème.

Autre caractéristique qui pousse à un gros cyber conflit, l'ego. Ukrainiens et russes se connaissent, ont souvent étudié ou travaillé aux mêmes endroits, travaillent souvent sur des projets identiques --> potentiellement, un tas de hackers ukrainiens sont CHEZ les russes et vice-versa .. y compris au sein des états-majors, des sociétés de sécurité et des infrastructures de telecoms et le défi de savoir qui est le meilleur existe obligatoirement.

Lors du conflit avec la Georgie, les hackers russes ont d'abord attaqué les forums georgiens de hackers pour éviter ou limiter la réaction (bien que dans ce cas aussi, il y ait énormément de georgiens qui vivent en Russie; même plus que de Georgiens vivant en Georgie).

Dans la cyberguerre Russo-Ukrainienne, c'est un peu plus compliqué car les forums et "lieux" de rencontres des hackers russes et ukrainiens sont souvent .. les mêmes ..

De chaque côté, quelques sites ont été victimes d'attaques DDOS. VTB et Alfa Banque, 2 grosses banques, ont eu des ennuis. Des centre de télécommunications été attaqués, que ce soit du côté Ukrainien, en Crimée ou du côté russe où l'on prétend même que des satellites de télé ont été victimes des méchants ukrainiens.

Peut-être bien que de gros dégâts matériels ont été causés de part et d'autre, mais pour l'instant, les seules actions constatées et visibles sont des actions de "RP" ou d'influence.

Le but russe étant de faire passer l'annexion de la Crimée comme un geste défensif, rien n'a été épargné pour montrer que l'agresseur était l'Ukraine ou plutôt le méchant américain.

Le mouvement a été d'ampleur et très performant de par la nature même de l'organisation de cyberguerre russe: un commandement central et des soldats ou mercenaires disséminés de partout et un peu semblables à ces para-militaires ou citoyens impliqués qui avaient pris sur eux .. de venir se montrer en Crimée quand la télé était là ;-)..

De grosses attaques ont eu lieu contre les journaux et medias russes, grosses mais pas très dangereuses ..  LifeNews, Izvestia.ru, «Российской газеты», Vesti.ru, Lenta.ru, le site du Kremlin, etc.. ont été DDOSés mais pas trop longtemps, juste le temps de se montrer attaqués ..

Oeuvres des ukrainiens ou des russes pour légitimer une réponse ? Mystère et boule de kasha ..

Pareil de l'autre côté avec les cyberkut https://twitter.com/cyberberkut1  qui luttent contre le fascime et revendiquent entre autres l'attaque d'un site de l' Otan !

Parallèlement, s'est développé un gros mouvement pour mouiller les américains (principale "cible" de la Russie dans l'affaire de Crimée -on l'a encore vu aujourd'hui avec les députés russes de la Douma qui s'adressaient non pas aux Ukrainiens mais à Barack Obama, allant jusqu'à lui conseiller de venir ou d'ouvrir ses fenêtres pour voir et sentir le vent frais de la joie du bon peuple de Crimée ;-)) avec notamment l'affaire des mails révélés de Jason Gresh, attaché US de l'ambassade en Ukraine qui aurait échangé pas mal de mails de petit saboteur avec un colonel ukrainien: http://worldru.ru/index.php?nma=news&fla=stat&nums=31924  ou  http://rus.delfi.ee/daily/abroad/hakery-opublikovali-perepisku-voennogo-attashe-ssha-i-oficera-genshtaba-vs-ukrainy.d?id=68229683 

Traduction sur ce gentil site d'indépendantistes bretons http://breizatao.com/2014/03/13/ukraine-des-emails-de-lambassade-us-revelent-des-operations-subversives-antirusses/  .

A propos de cette traduction, le gentil site breton précise que Jason Gresh est juif..  Intérêt ou pas de cette info qui tombe un peu comme un cheveu sur la soupe ?  Pas évident ..  sauf que l'on peut voir , sur twitter notamment, que pas mal d'anti-sionistes se sont rangés sous la bannière de Vladimir Poutine en assimilant les occidentaux et Obama au grand méchant Israel qui opprime la Palestine ..

En bref, Poutine est devenu le Dieudonné de mars ;-)

Ceci ne semble pas anodin et il semble là aussi que des hackers aient bien travaillé .. certains peut-être enrôlés par les pro-russes pour aller semener la zizanie en Occident.

Cyberguerre ukraine russie

Hackers .. Est-ce le terme exact ? Aux traditionnels groupes de hackers définis par la théorie classique de la cyberguerre (voir Attention Cyber ! La cyberguerre vue par 2 officiers français ), il semble que l'activité la plus importante de cette cyberguerre ait été la manipulation des medias dans le but de convaincre le bon peuple.

Jamais depuis l'Union Soviétique, la télé russe n'avait été à ce point convergente dans la même direction et complètement fermée aux avis d'en face.

Il semble que dans l'Internet, la volonté d'imposer son point de vue et de convaincre les masses, ait été la même.

Comme il est impossible de clôturer Internet, la manoeuvre russe est passée par 4 moyens ultra classiques (cf Le Montage de Vladimir Volkoff, vieux livre et roman plus facile à lire que Machiavel ou Sun Tzu ;-)):

- publication en masse d'informations positives sur l'action russe

- révélations de complots et d'attaques anti-russes

- harcèlement des blogs, images et vidéos montrant une autre réalité

- récupération des opposants ou citoyens dubitatifs ou hésitants à travers de faux opposants

 Il se peut que comme les forces en présence, en cas de cyberguerre classique, étaient égales (du fait de l'imbrication des soldats de part et d'autre), la stratégie utilisée pour gagner la cyberguerre ait été plus subtile, avec bien sûr quelques Ddos mais surtout de l'influence en ligne, ceci étant d'autant plus facile que les alliés occidentaux de l'Ukraine ne peuvent pas réagir sur l'Internet russophone où Yandex, Rutube, VK et autres règnent en maîtres devant Gafa.

Les leçons à en tirer ?

  • La cyberguerre c'est aussi la guerre du contenu et donc du SEO..
  • La fermeture d'Internet, c'est aussi avoir des sites internet différents de ceux des autres (la Russie est un des seuls pays au monde où l'accès à l'information ne passe pas par les USA et cela lui donne un sacré avantage dans les pays russophones).
  • Une organisation de cyber-army de type guerilla ou corsaire est plus performante sur Internet qu'une organisation classique centralisée.

Attendons aussi de voir si une riposte ukrainienne assez gênante ne va pas un jour ou l'autre paralyser la bourse de Moscou ou un des opérateurs telecoms russes ou autres..

Le danger de l'écrasement total à la russe, c'est la création de talibanov prêts à tout pour se venger et/ou briller sur le devant de la scène ..

A suivre ... (et le livre des 2 officiers français "Attention Cyber" prend encore plus d'intérêt à être lu dans ce contexte)


Commentaires sur: Cyberguerre entre la Russie et l'Ukraine

Poster un commentaire sur: Cyberguerre entre la Russie et l'Ukraine







« Analyse du texte de la tribune de Nicolas Sarkozy | Accueil | Le drone qui pirate votre identité »


Besoin de contenu, de rédaction web ? Notre proposition sur Redac Web SEO
Besoin d'une info ou d'un développement web, de référencement naturel, de blogs, de Wordpress, de Typepad, de Movable Type ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous