Un petit message spécial pour Carlos Diaz et son hug à Hollande

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Mr Diaz, nous nous sommes croisés il y a quelques années quand Loic Le Meur évangélisait la France avec ublog puis typepad.

Il me semble qu'ensuite, en 2006-2007 vous l'avez aussi suivi dans son sarkozysme (ou peut-être juste votre frère ), avec peut-être plus d'idées politiques que de bling-bling (mais ce n'est pas le sujet de cette note "ouverte") avant donc de réapparaître en politique en 2014 avec ce hug fait à François Hollande (en France on pourrait dire un "viens que jtacole" quand on regarde Kaboul Kitchen, voir à la fin de cette note ;-))

Il se lit que vous, Mr Diaz, avez lancé le mouvement des pigeons, mouvement que je pense être plutôt initié par des financiers soucieux de garder leurs intérêts (au sens premier du terme) que par des inventeurs et innovateurs (cf   quelques unes des notes de ce blog 1er mai, libéralisme, pigeons et esprit d'entreprise   , L'entrepreneur que les pigeons #geonpi ne comprendront jamais, Les pigeons des auto entre eux preneurs réussiront-ils leur OPA sur l'ensemble des entrepreneurs ? , Défense pigeons, cette offensive de financiers ).

Il semble aussi qu'à l'occasion de la visite d'Hollande aux USA, vous avez "calculé" votre hug pour "piéger" ou "engager" Hollande comme vous l'indiquez dans cette interview: http://www.lepoint.fr/technologie/carlos-diaz-pourquoi-j-ai-pris-francois-hollande-dans-mes-bras-13-02-2014-1791332_58.php

Nul ne sait vraiment si tout ça est vrai puisque ce sont des journaux qui le racontent mais comme vous vivez à l'étranger, dans un pays assez célèbre pour son autosatisfaction et les erreurs de jugements de leurs medias , voici quelques trucs que vous avez peut-être loupés:

1)  Selon une étude d' Ernst & Young, c'est en France qu'il est le plus facile de créer une entreprise: http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/08/28/en-france-la-creation-d-entreprises-plus-facile-qu-ailleurs_3467731_3234.html

2)  Il y a une semaine, Dean Baker, économiste, et co-directeur du très sérieux Center for Economic and Policy Research publiait dans The Guardian une tribune tout à fait intéressante. Le point de départ de son papier est une affaire en cours d’instruction dans un tribunal californien, affaire qui dévoile selon lui le vrai visage de la Silicon Valley. Quelle est cette affaire ? Apple, Google, Intel et d’autres géants de l’Internet sont accusés d’avoir passé des accords pour que les salaires de leurs employés n’augmentent pas. Comment ? Eh bien, depuis 2005, ces entreprises auraient renoncé à se faire concurrence sur le marché du travail, tout simplement, ce qui aurait gelé ou presque les salaires des ingénieurs. Cet accord soupçonné leur vaut aujourd’hui une class action pouvant, si elle aboutit, entraîner le versement de milliards de dollars à leurs salariés. Pour Dean Baker, même si les montants sont gigantesques, le fond de l’affaire n’est pas étonnant, que les plus riches soient prêts à outrepasser les lois et spolier les travailleurs, pour s’enrichir encore, rien de plus normal. Ce que Dean Baker trouve plus intéressant, et surprenant, c’est la manière dont ces entreprises s’y sont prises. Non seulement elles seraient contrevenues à la loi, mais elles seraient surtout contrevenues à l’idée du marché qu’elles défendent par ailleurs. Une idée libertarienne du marché qui s’oppose à toute régulation du marché, marché du travail en l’occurrence. A quelqu’un qui leur dirait que les salaires sont trop bas, explique Baker, ces entreprises répondraient qu’il ne faut pas réguler, mais qu’il faut faire en sorte d’accroître les qualifications des salariés, le marché ajusterait mécaniquement le salaire minimum à la hausse. Or, les entreprises de la Silicon Valley, s’il s’avère qu’elles ont passé cet accord, manifestent qu’elles ne croient pas en cette conception du marché. Elles ne sont pas vraiment libertariennes. Cela dit, ajoute Dean Baker, ça ne devrait étonner personne puisqu’une grande partie de leur fortune repose sur les brevets et le droit d’auteur, qui sont des rentes de monopoles garanties par l’Etat. Et l’économiste de faire une analogie frappante : finalement, ces milliardaires du numérique sont le mêmes que les « robbers barons » (les requins de la finance) de la fin du 19ème, mais sans les cigares. Image frappante que de peindre les Larry Page, Sergeï Brin, Zuckerberg ou Jack Dorsey - tous fins et en nourris sainement et sous les traits des hommes d’affaire d’antan, bedonnants et rougeauds, tels qu’ils ont souvent été caricaturés. -- ce qui précède étant tiré de http://www.franceculture.fr/emission-ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile-et-si-la-silicon-valley-rendait-hollande-de-gauche-2014-02-

que j'ose vous suggérer d'huger, dans le sens embrasser pour bien comprendre ce qui s'y dit car le débat y est excellent;

3)  La France a une constitution dont le préambule reprend celui de la constitution de 1946 dont voici quelques extraits:

 5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.

6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.

7. Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.

8. Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises.

9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.

10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.

11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.

Jean Peyrelevade a écrit récemment un article très intéressant titré: la constitution contre l'économie où en préambule il rappelle que contrairement à ce qu'on semble croire, la France n'a JAMAIS été une grande puissance économique et que la constitution française n'a jamais comporté les mots "liberté d'entreprise".

 Il dit aussi: "Nous vivons en économie de marché et, en même temps, il y a un vieux principe de l'âme constitutionnelle française qui veut que la volonté générale est au-dessus de tout. Lorsque vous prenez les constitutions des pays économiquement plus performants que nous, l'intérêt général se dégage par un compromis entre les intérêts particuliers, éventuellement divergents. C'est pour ça qu'on est non-performant économiquement."

 
Mr Diaz, quand vous faites un hug au Président de la République Française, saluez vous les principes de la République pour les rappeler aux loups de Wall Street, heuuu aux patrons des Google, Apple, Facebook et autres ou faites-vous une OPA sur la Constitution Française en représentant des types de marchands dont parlait Adam Smith dans "richesse des nations" ?

 

Pierre Méchentel


Commentaires sur: Un petit message spécial pour Carlos Diaz et son hug à Hollande

Je sais pas si c'est le bon endroit pour dire ça, mais aujourd'hui, pour devenir riche, il faut se créer un monopole à tout prix et ensuite s'arranger avec l'état et les autres monopoles pour faire cracher toute la société au bassinet. Tout cela n'a rien à voir avec l'innovation, et est même souvent contradictoire avec elle, car l'innovation pourrait menacer la structure établie des monopoles, et risquer de faire entrer un nouveau challenger avec qui il faudrait partager le gâteau.

Le libéralisme a cessé d'exister depuis des dizaines d'années, sinon un siècle. C'est devenu une sorte de religion avec laquelle des multinationales toute puissante endorment et endoctrinent de petits entrepreneurs qui voudraient devenir Bill Gates.

Vous êtes russes, alors vous connaissez Lénine ? Ça peut être intéressant de lire « l'impérialisme, stade suprême du capitalisme », même si on n'est pas communiste. Ça explique bien ce genre de chose, je trouve.

Rédigé par : reg | 15 fév 2014 13:31:20

Poster un commentaire sur: Un petit message spécial pour Carlos Diaz et son hug à Hollande







« Pénalités Google pour les rich snippets | Accueil | Pauvre petit Jérôme Colombain, journaliste à qui Google et le SEO font du mal »


Besoin de contenu, de rédaction web ? Notre proposition sur Redac Web SEO
Besoin d'une info ou d'un développement web, de référencement naturel, de blogs, de Wordpress, de Typepad, de Movable Type ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous