Webedia, PureMedias, PurePeople, PureTrend, PureShopping, PureFamille, PureSaveurs, PureSweetHome et autres

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


Webedia c’est quoi ? C’est une société qui regroupe tout un tas de sites web dont PureMedias, PurePeople, PureTrend, PureShopping, PureFamille, PureSaveurs, PureSweetHome , Ozap, CanalBlog, Shopoon, etc… et qui annonce près de 20 millions d’euros de CA en hausse de 80% sur un an, pour un bénéfice d'exploitation de 7 millions d'euros, contre 1 million en 2011 ..

(Dans cette vidéo de début 2012, Cedric Sire indique 13 millions de CA en 2011, 11 millions de vu par mois –5 pour les puretrucs et 6 pour canalblog et 110 personnes)

Et tout ça avec du “rédactionnel” donc sans e-commerce et des sites lancés en propre puis des rachats pour augmenter l’audience globale et utiliser l’argent des investisseurs qui sinon s’ennuient Clignement d'œil)

Webedia énerve les medias et journalistes classiques ! ( Pourquoi les sites PurePeople font polémique )

Essayons d’aller au delà des blabla de journaleux pour comprendre d’où peut venir la manne de PurePeople and co .

Comme une société c’est d’abord des hommes, surtout dans le web même si certains ont essayé d’y mettre des pigeons Clignement d'œil, Webedia c’est 7 dirigeants officiellement:

Président     M. Cedric SIRE 
DG     M. Guillaume MULTRIER 
Administrateur     M. Cedric TOURNAY 
Administrateur     M. Alain FCPR VENTECH CAPITAL III 
Administrateur     XANGE CAPITAL 
Administrateur     M. Guillaume MULTRIER 
Administrateur     M. Cedric SIRE 

En réalité, 2 seulement mènent la barque: Cédric Sire et Guillaume Multrier.

Guillaume Multrier est un gros malin du web français. Un des seuls acteurs du secteur de formation scientifique (Supelec) donc pigeant que 1+1 = 2 et que les marketeurs pubards gourous communiquants au doigt mouillé passent à côté de tas de trucs.

Multrier a fondé il y a quelques années Bananalotto.fr qui pendant quelques temps fut une énorme pompe à adresses mails donc à pognon. Puis il pantoufla chez Aegis avant de créer Purepeople et le reste.

Cedric Sire lui est HEC, fan de rugby et a fait sa “première” carrière à la Poste dans des activités marketing (bon mais à la Poste hein .. donc avec du temps pour observer ce qui marche Clignement d'œil).

Multrier et Sire ont remarqué il y a quelques années la nullité des medias classiques féminins et people sur le web.

Ils ont sans doute aussi remarqué qu’Aufeminin marchait non pas par grosse valeur ajoutée mais en étant un peu moins nul sur le web que les “féminins classiques”. Auféminin laissait aussi largement la place à une info toujours aussi orientée “public féminin” mais un peu plus “people”.

Après tout, TMZ ou d’autres gossip buzz people  mega sites en termes d’audience ne sont pas présents en France.

Pour faire un site people, il faut avoir une bonne conscience des métriques d’une production de pages de masse (voir aussi Fermes de contenus: business plan et métriques) car l’actu people attire beaucoup de gens mais se périme très vite.

Il faut donc des gens qui produisent ou véritablement PISSENT du contenu très vite et en abondance, sans qu’ils coutent le prix de vrais journalistes (ou de content managers ou webmaster ou autres webX qui s’auto-attribuent trop de valeur), sur des sujets qui INTERESSENT véritablement les gens (et pas seulement ceux qui les écrivent –principal problème des magazines féminins et people classiques) avec des photos.

Tout cela nécessite un peu d’argent si on veut aller vite et si l’on veut faire une “vraie” société ayant une valeur à la revente aux yeux des patrons de medias classiques qui tournent en rond comme des derviches tourneurs devant l’incapacité de leurs équipes web à monter en audience Clignement d'œil pendant que les actionnaires répètent en choeur que l’avenir est le web (bien qu’on en doute quand on voit les comptes du Canard Enchaîné Clignement d'œil)

Donc une petite levée de fonds pour payer Abaca and co (les gros blogs people se privent d’Abaca mais si l’on veut se revendre, avoir le stample Abaca sur les photos rassure lors des diligences raisonnables Clignement d'œil) avec l’arrivée de Ventech, Idinvest et Xange (Xange est une filiale de la Banque Postale, ça sert d’avoir travaillé à la Poste Clignement d'œil).

Ensuite en avant pour la création de Purepeople (avec notamment quelques anciens des trucs de Gérard Ponson, Guts and co, qui bullaient chez Lagardère où l’activité politique et la carrièrisme empêchent souvent tout développement web malgré l’énormité des moyens et des potentiels de cette société).

En 2012 Purepeople c’est quoi ?

C’est un concurrent de Morandini, Gala, Voici, Closer, Match mais un concurrent industriel même si on sent depuis quelques mois un certain “encroutement” au niveau des performances de publication web.

Purepeople n’est pas mega optimisé pour le web, que ce soit en poids des pages, en optimisation basique SEO ou en contenu mais contrairement à pas mal de gros blogs “people” ou “gossip”, Purepeople ne dépend pas entièrement de Google et a réussi à créer une marque qui fait que les gens CHERCHENT le terme “purepeople” sur le web ou rebondissent bien des vidéos, twitter, facebook au site.

Purepeople a assez bien résisté à Panda et Penguin mais le fait que plusieurs de ses pages sont assez semblables, parfois sans trop de contenu texte et soient présentes à plusieurs pour une même requête sur G pourrait causer quelques ennuis de trafic quand Google va passer une nouvelle couche filtrante (même problème pour Melty, clone de Purepeople appartenant à une galaxie semblable à Webedia –> Melty ou la preuve que Google Panda ou Penguin ne sanctionnent pas trop en France ).

Le trafic naturel de Purepeople est très réparti. Aucune requête ne représente + de 2% du trafic naturel à l’exception de “people” où Purepeople est 3ème.

Voici les principaux mots et expressions clés qui apportent du trafic à Purepeople:

stats purepeople

En colonne 1 le mot clé, en colonne 2 la position moyenne du site Purepeople via l’url de la colonne 5.

En colonne 6 le % de trafic naturel quel représente ce mot clé via cette page.

La colonne 3 représente le volume de recherche mensuel sur le mot où l’expression.

La colonne 4 est intéressante car elle représente le prix en adwords de ce mot donc quelque part un indice de ce que pourrait gagner Purepeople en pub “au clic”.

On s’aperçoit ainsi que tout ça ne va pas chercher beaucoup de sous !

Alors ? Comment Webedia et les purestrucs gagnent de l’argent ?

Là aussi Multrier et Sire ont investi l’angle mort de la pub web en France.

La France des gros annonceurs de pub, ce sont des annonceurs tenus par des régies classiques qui freinent sur le web (en surfacturant) car sinon elles perdent les millions de pub “classique” qui elles coutent cher.

Parallèlement les régies de pub classiques ne sont pas adaptées au web, en types de personnels , en organisation et en métriques. Multrier le sait très bien avec son passage chez Aegis Isobar.

Les gros annonceurs ne sont pas non plus équipés en personnels pour mesurer exactement le coût et l’intérêt de la pub sur le web en affiliation et en CPC. Pensez donc que les moins timides externalisent Google Adwords dans des sociétés “spécialisées” rémunérées en % du budget dépensé Clignement d'œil

Et puis tout ce petit monde vit  ensemble et copine lors de cocktails, invitations et autres qu’il serait dommage de cesser pour de vulgaires économies.

Donc bref en France, la pub sur le web coûte anormalement cher par rapport à son vrai coût et on continue de voir des pubs “display” faites et facturées sur le même modèle que dans le monde physique des medias (avec en plus la position délirante de Médiamétrie, juge et partie, et filtre de tout un tas de sites qui pourtant ont de meilleurs performances et auraient un intérêt annonceurs supérieur aux sites “bourgeois”)

Les petits malins Multrier et Sire ont adapté dès le départ Purepeople pour que le site soit très friendly pour ce business.

Aufeminin dès ses premières années avait un Ad Server un peu nouveau à l’époque ? Purepeople et ses frères sont carrément faits pour mettre des pubs.

Pas des bannières ou autres mais des “habillages” qu’adorent les petits minettes évaporées qui ne jurent au marketing de l’Oréal ou autres marchands du temple  que par des mots comme “design, dynamique, fun, jeune, top, flash, cool” et autres “sympa”.

Et pour les appétits “je le veau Clignement d'œil bien”, Multrier connait par coeur la recette de la soupe à servir puisque passage par Aegis Clignement d'œil

Au final, en allant proposer ça aux annonceurs, Webedia remporte le jackpot car elle offre une solution “web” avec un discours et des propositions traditionnels qui donnent la bonne impression et le juste écart nécessaire pour que les acheteurs de pub et annonceurs puissent “faire du web” sans trop sortir de leurs schémas pépères et aller explorer Google Adwords en direct, Google Ad Planner ou les régies en ligne où ils pourraient tout avoir pour 100 à 1000 fois moins cher.

Carla Bruni coûte 15 centimes sur Adwords . Combien croyez vous que les annonceurs qui sont sur la page de PurePeople en bonne position sur Google (pour Carla Bruni) paient pour une page qui va s’afficher 1000-5000 fois au maximum par mois  sans aucune garantie que les visiteurs de ladite page aillent ensuite sur leur site ??? Clignement d'œil On peut calculer un CTR maxi de 1% dans le meilleur des mondes donc 10 ou 50 visites sur le site des annonceurs donc un prix google adwords équivalent en gros  de 1-5 euros … Si Purepeople encaissait pour cette page 1-5 euros par mois croyez-vous qu’il y aurait un chiffre d’affaires représentant en gros d’après les chiffres indiqués du 0,1 euro par visiteur mensuel ???  Hé bien non Clignement d'œil

image

Certes, Webedia a aussi monté un pôle "Brand Content" qui propose aux marques des sites spécifiques comme EnProvence pour L'Occitane, Get-the-Look pour L'Oréal Paris, OnVillaNuit pour Schweppes, Le-Coin-des-Mamans pour Mixa Bébé mais là encore, rien de nouveau sous le soleil. Webedia y recrute des "journalistes" et pas des gens "web" (à l'inverse de la galaxie de Comment ça marche qui eux sont vraiment de vrais tueurs du web ;-)) et cette activité ne suffit pas à expliquer la différence de prix payée par les annonceurs par rapport au "juste" prix si ils réfléchissaient un peu (ou voulaient réfléchir).

Bon, on ne va pas vous montrer l’analyse de tous les sites de la galaxie Webedia pour les mots clés mais sachez qu’ils sont tous semblables dans les résultats.

Bon et donc ?

Hé bien il est affligeant de voir les medias classiques se plaindre de Purepeople et autres créatures de Webedia.

La position acquise par Webedia n’a rien de fixée et n’a rien d’un équilibre de Nash:

  • Google peut créer une vraie baisse de trafic quand la présence de plusieurs url du même site dans le résultat d’une requête sera traitée sur le web francophone
  • produire du contenu “de qualité” ne peut se faire pour des news people qu’en France (il faut des locaux) et cela implique un gros turnover, de la méthode et de la formation qui font que tôt ou tard le “pigiste” pense à créer son propre truc qui lui rapportera bien plus
  • produire du contenu “chaud” nécessite de toujours alimenter la machine le trafic n’est pas acquis
  • les sujets féminins, mode, tendances, gossip et people ont une audience plafond et ceci d’autant plus qu’il y a des concurrents nouveaux
  • les annonceurs commencent à être plus malins (les économies nécessaires de par la crise aident) et commencent à comparer avec Adwords ou avec de l’affiliation (où par définition du système l’affichage de la bannière est presque gratuit)
  • le modèle n’est pas exportable facilement (les tentatives de Webedia à l’étranger ne sont pas du tout aussi réussies qu’en France – le people c’est d’abord un staff et des “nez” locaux surtout dans des pays comme la Russie)

Webedia annonce chercher de nouveaux investisseurs (banque Rothschild mandatée pour trouver de nouveaux partenaires) ce qui veut aussi ou surtout dire que la boîte est en vente.

Multrier et Sire sont malins, ils savent qu’ils ont une fenêtre de tir assez courte.

Peut-être arriveront-ils à convaincre un dinosaure de les acheter pour avoir de l’audience sans que celui-ci calcule avec les bons prix que construire la même chose lui coûterait beaucoup moins cher que le prix annoncé et lui prendrait moins d’un an.

Et qu’on ne dise pas que c’est impossible quand on voit ce qu’a réussi à 7 mois UpWorthy (voir http://www.businessinsider.com/upworthy-how-to-create-a-fast-growing-media-company-2012-11 )

(oui c’est en anglais et sur le marché US mais il y a beaucoup moins de concurrents en France et on peut arriver avec relativement peu de moyens à la moitié sur le web français).

En conclusion, que les journalistes et medias classiques arrêtent de chipoter sur les cartes de presse et se mettent à vraiment et sérieusement  publier sur le web si ils veulent y gagner de l’argent.

Une “réussite” comme Webedia a juste profité de leur bêtise et incurie.


Commentaires sur: Webedia, PureMedias, PurePeople, PureTrend, PureShopping, PureFamille, PureSaveurs, PureSweetHome et autres

Et tu t'appuies sur quels chiffres pour dire ça ?
Les budgets d'image de L'Oréal sont reliés directement aux perf ? ... ou sont-ils gérés au global ?
Comment sont gérés les budgets d'image ? support par support ou au global ?

Rédigé par : Tubby@Ben59 | 15 fév 2013 15:11:31

Je n'ai pas la réponse à toutes les questions que tu te poses, mais ce dont je suis certain, c'est que si les gens achètent du Elseve (L'OREAL) plutôt que le même shampoing en marque distributeur c'est bien parce qu'une stratégie d'image a été mise en place autour de cette marque.

Ce ne sont pas avec des Adwords ou de l'affiliation (achetez moi, achetez moi, pitié achetez moi) que L'OREAL aurait pu faire de telles marges.

Aujourd'hui soit tu cherches le prix bas, soit tu cherches du rêve... Et en ce moment, si tu veux dégager de belles marges l'option 2 est clairement la stratégie gagnante : il n'y a qu'à voir l'industrie automobile pour comprendre.

Rédigé par : Ben59 | 15 fév 2013 15:05:15

Le display "pousse" .. très bien mais à quel prix ? Et avec quels résultats concrets mesurables avec autre chose qu'un doigt mouillé ?
"expérience consommateur" .. Se vend il moins de lessives maintenant que du temps où les marques de lessive rivalisaient de dépenses en pubs télévisées ?
En quoi "pousser" son image par l'affiliation, avec les mêmes bannières, mais payante QU'EN CAS D'ACTES est moins bon que ce display ?
Les prix de display des vidéos d'ebuzzing ou blogbang sont-ils "justes" ?

Rédigé par : Tubby@Ben59 | 3 déc 2012 15:02:15

Dommage que tu dois "rageux" sur la forme car sur le fond beaucoup d'éléments sont justes.

Je ne connais pas ton metier, mais tu as une dent contre le display et tu prêches le cpc et plus particulièrement adwords, sauf que tu compares ce qui est incomparable sur ce sujet et celui qui suit.

La publicité a l'avantage de pousser un message vers une audience et ce pas nécessairement dans un contexte de recherches.

Cela prend tout son sens pour les entreprises qui vendent une expérience consommateur : Nespresso aurait été un fiasco avec une simple stratégie adwords. D'ailleurs avec une simple stratégie display aussi... c'est la qu'interviennent des acteurs dont webedia fait partie, pour vendre des opérations spéciales.

La ou je te rejoins c'est sur le display classique orienté perf. Mais les choses changent avec le retargeting, les adexchanges etc... Wait&see

A+ Ben

Rédigé par : Ben59 | 3 déc 2012 08:31:09

Poster un commentaire sur: Webedia, PureMedias, PurePeople, PureTrend, PureShopping, PureFamille, PureSaveurs, PureSweetHome et autres







« Feed my in box s'arrête. Comment continuer à recevoir un flux RSS par mail ? | Accueil | Hit parade des dépenses en Adwords »


Besoin de contenu, de rédaction web ? Notre proposition sur Redac Web SEO
Besoin d'une info ou d'un développement web, de référencement naturel, de blogs, de Wordpress, de Typepad, de Movable Type ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous