L' arnaque de l' e-reputation

SEO Pour créer, rédiger et optimiser le SEO de vos pages web --> Contactez-nous


L' e-reputation est une arnaque virtuelle comparable aux bracelets Power Balance.

Concept marketing lancé par des agences ou personnes voilant réexploiter le filon du référencement naturel, l' e-reputation sert surtout à faire peur et donc ensuite à surveiller ou à payer quelqu'un pour surveiller, se faire peur et repayer pour "agir" (quitte à aggraver le phénomène... exemple avec Nettoyage du web pour Pierre Bellanger par Les Infostrateges, comique ou non ? ) .

2 preuves que l' e-reputation est une arnaque ?

- on parle des sociétés qui s'en occupent dans les journaux et visiblement ces sociétés font des RP, or en toute logique, ce genre de travail devrait être fait dans la discrétion (ex: pas sûr qu' un nettoyage d' e-reputation soit renforcé par le fait qu'on sache qui fait quoi pour qui dans l' exemple Zahia Dehar essaie de nettoyer le web avec Reputation Squad , cas typique où l'action a aggravé le mal ne serait-ce qu'en multipliant les posts à ce sujet )

- l' e-reputation est même devenu le prétexte d'une assurance: Swiss Life assure la e-reputation à la grecque ?  il y a donc sûrement une arnaque ;-))

Linkfluence, qui pourtant semble s' occuper pas mal de ça ;-))  publie un excellent doc (voir ci-dessous) sur les 10 arnaques de la veille en e-reputation.

Presque rien à rajouter hormis:

- dans la plupart des cas, à part la personne ou la société dont on parle, tout le monde se fout de ce qui est écrit/dit sur elle et la e-reputation semble plutôt être dna sla majeure partie des cas la "vue phobique" d'une personne ou d'une société qui se cherche elle-même ... sur le web (tiens au fait, les filles de mauvaise réputation n'ont-elles pas d'ailleurs beaucoup de clients ?? ;-))

- un des collatéraux à l'arnaque de l' "e-reputation" est l'  "influence" sur le web dont personne n'a défini de métriques bien que clairement, l' "influence" sur le web soit proportionnelle au temps passé avec des journalistes qui en parlent dans de vrais médias (comme dans le cas archi typique du rantanplan doc gyneco du web qui avec un blog d'audience moyenne mais un record en contacts journalistiques  était devenu avant son exil aux USA, le paradigme du blogueur influent malgré un vide de fond )

Bon allez, voici maintenant les 10 arnaques de la veille en e-reputation parce que sinon on va encore parler de la débilité de l' expression "réseaux sociaux" qui elle aussi mériterait un exil à San Francisco ou une erreur 404 ;-)

maj: l' e-reputation, si elle était qqch de sérieux, devrai commencer par " qu' est-ce que les gens CHERCHENT sur vous ?" et non par "qu'est-ce que le web dit de vous ?". Il peuty avoir des trucs dits et écrits que personne ne regarde.. Où est le problème ? En revanche, si on voit que les gens cherchent "entreprise toto, steack pourris", il y a un vrai problème qui peut peut-être être "traité" ...

 

 

Les 10 arnaques de la veille en e-réputation

Commentaires sur: L' arnaque de l' e-reputation

Qualifier l'e-reputation d'arnaque est ultra-réducteur, quand on voit qu'une mauvaise gestion d'e-reputation a su faire perdre des dizaine de millions d'euros à certaines boites (dont apple) et qu'à coté de cela, les recruteurs google de plus en plus les noms des participants.

Il serait intéressant que l'auteur de ce blog se penche plus en profondeur sur les statistiques aux sujets de l'e-reputation, et de ne pas suivre que les "Buzz" français sur l'E-reputation...

Rédigé par : Backlinker | 1 déc 2011 13:29:56

Le problème de l'e-réputation n'est pas, habituellement, de se prémunir des résultats de recherche sur « entreprises tartempion steaks pourris », mais plutôt de taper « tartempion » dans un moteur de recherche, et de voir apparaître, dès la première page, parfois dès les premiers résultats, « tartempion steaks pouris », voire même dès la saisie, en tant que suggestion, et cela y compris pour des requêtes a priori sans rapport avec « tartempion ».

Par ailleurs, je crains que tu surestimes le bon sens de beaucoup d'Internautes. Il va de soi que toutes les entreprises ont des clients insatisfaits, et que l'absence de toute opinion divergente peut en soi s'avérer étonnant. Mais bon nombre d'Internautes, parmi les plus instruits et les plus éduqués, se basent exclusivement sur la première page de résultats de leur moteur de recherche favori pour se forger une opinion, sans même chercher à visiter les pages à problèmes. La seule apparition d'une suggestion de recherche en cours de frappe telle que « escroc », ou « escroquerie » peut faire fuir un prospect.

Cela concerne aussi le « personal branding », où, désormais, tous les recruteurs tapent le nom des candidats dans leur moteur de recherche favori pour en définir le profil et décider s'ils convoqueront ou non le candidat à l'embauche. La moindre tâche dans les résultats de recherche, et hop, le candidat n'est pas retenu avant même d'avoir eu la moindre chance de s'expliquer. Et... tant pis pour les homonymes !

Un jour, j'ai discuté recrutement avec un directeur technique d'un grand groupe Internet français. Celui-ci m'a expliqué que l'un de mes points noirs est que j'éditais un site pour adultes à titre personnel. En effet, si me recruter en tant que développeur ne lui posait aucun problème (c'est amusant, ça ne pose jamais problème, ce genre de choses, à aucun de mes interlocuteurs, sans exception), cela pose un problème à d'autres (à qui ? jamais su), ce qui est un frein à la collaboration. Alors qu'il s'était intéressé à mon passe-temps personnel, tout à fait marginal et anecdotique, il n'avait pas pris, alors, le peine de remarquer que j'avais aussi collaboré à plusieurs jeux vidéo pour enfants, et ce durant plusieurs années durant, dans ma carrière professionnelle. De toutes façons, l'un comme l'autre étaient hors sujet concernant le poste auquel j'avais postulé.

Pour autant, pour corriger ce problème, encore faudrait-il que j'admette son existence, et j'avoue ne pas voir en quoi avoir une activité de loisirs légale, anecdotique, dont la description décalée suscite l'intérêt et le sourire à l'occasion d'un dîner mondain est un problème.

J'entends par là que même sans problème de leur côté, que ce soit un individu ou un commerçant, peuvent rencontrer des problèmes du côté de leur e-réputation, et que cette e-réputation, lorsqu'elle a une influence sur leur gagne-pain, mérite l'attention d'un professionnel.

(Ceci dit, moi, ça m'amuse de passer pour un pornographe, et de me faire refuser des postes ou autres choses pour ce prétexte, ça fait une anecdote décalée de plus à raconter entre amis.)

Rédigé par : Martin | 8 juil 2011 20:51:25

Oui mais.. si un "prospect" croit ce qu'il y a sur le web, est-il un "bon" client potentiel ??? (voir l'idée de http://www.tubbydev.com/2011/06/optimiser-le-service-client-d-un-site-e-commerce.html )
Si une entreprise a des "critiques" sur le web, n' est-ce pas la preuve qu'elle est "humaine" et "normale" ? Les gens savent bien que "trop lisse pour être honnête".
L' e-reputation devrait commencer, à notre avis, par "qu 'est-ce que les gens cherchent sur VOUS" et non pas par "que disent les gens de vous ?" car si les gens cherchent "entreprises tartempion steaks pourris" cela veut dire qu'il y a un vrai problème .. qu'on peut peut-être essayer de régler..

Rédigé par : Tubby@Martin | 8 juil 2011 09:22:15

Je suis d'accord avec toi : une certaine discrétion est nécessaire pour l'acteur en e-réputation. Pour autant, il ne peut se contenter d'être systématiquement dans l'ombre. Pourquoi ne pas alors profiter des médias actuels, dont la télévision, pour promouvoir son business ? Cette démarche est légitime.

Tu sembles considérer que l'e-réputation est un marché d'ego. Et il y a du vrai là dedans. Pour autant, bon nombre de prospects recherchent le nom d'une entreprise avant et après commande. Avant, pour se renseigner sur son sérieux. Après, pour trouver son site. Est-il alors admissible, pour un business qui se veut droit et propre, de voir dans les résultats des moteurs de recherche se déverser des allégations parfois douteuses ?

Pour ma part, je pense qu'avant d'entamer une démarche de nettoyage, on doit d'abord se demander si les reproches formulés n'ont pas une part de vrai. Des clients mécontents, ce n'est pas ce qui manque, même pour le meilleur produit ou service au monde. Il semble que les clients mécontents soient ceux qui s'expriment en premier lieu de leurs mésaventures. Je le fais moi-même sur mes sites, lorsque je suis mécontent, alors que dans le cas contraire — a priori le cas normal —, je le fais plus rarement.

Certains de ces avis négatifs sont légitimes et méritent une remise en question en vue d'une amélioration. Quant aux autres... s'ils ne sont pas constructifs, voire diffamatoires et injurieux, et contribuent négativement à la réputation en ligne des concernés, il est prudent de les faire retirer, non ?

Je ne connais pas les affaires que tu évoques. Cependant, j'avoue ne pas voir ce que tu reproches à une agence en eréputation ? Qu'elle demande aux représentants légaux des sites qu'ils retirent certains de leurs contenus dans l'intérêt de leurs clients ? C'est un mal ? Je l'ai fait moi-même récemment pour un site où des propos injurieux semblaient me concernaient.

Indépendamment de l'affaire évoquée, pour mémoire, toutes les images sont protégées par le droit d'auteur, en France, et pour diffuser les images d'un individu, il faut deux accords : celui de l'intéressé (droit à l'image) et celui du photographe (droit d'auteur). Le fait que les images placardent le web dans son ensemble n'est pas une justification. Et faire s'ébruiter l'affaire (quelle affaire, au fait ?) n'est pas très responsable. Mine de rien, il y a une victime dans l'affaire, qu'une agence défend, et s'en prendre à cette victime, directement ou indirectement, même s'il n'y a pas eu mort d'homme, est une démarche plus que douteuse, quelle que soit la victime et son défendeur.

Je ne doute pas qu'il y ait des escrocs dans ce métier, comme dans tous les métiers. Pour autant, l'e-réputation dans son ensemble est-elle une escroquerie ? Je ne le pense pas. Au contraire, il existe des vrais besoins, notamment dans le nettoyage du web, qui sont salutaires. En revanche, la jeunesse de cette industrie, encore naissante, implique sa méconnaissance, et engendre une perception très superficielle, voire erronée, liée à des cas caricaturaux.

Rédigé par : Martin | 8 juil 2011 01:11:35

bravo !
comme d'hab !
merci pour remettre régulièrement les pendules à l'heure !

Rédigé par : Philippe | 6 juil 2011 23:05:12

Poster un commentaire sur: L' arnaque de l' e-reputation







« Google Facebook: et si ce n' était pas une guerre ? | Accueil | Numéro de téléphone jetable »


Besoin de contenu, de rédaction web ? Notre proposition sur Redac Web SEO
Besoin d'une info ou d'un développement web, de référencement naturel, de blogs, de Wordpress, de Typepad, de Movable Type ou autres nouvelles "choses web" ? Envie de travailler dans ces domaines ? --> Contactez-nous